lundi 22 octobre 2012

Les escrocs ne se cachent plus

Ces derniers temps dans la presse européenne, les héros des publications et des programmes de télévision sont de plus en plus asiatiques. Et ceux-ci ne sont pas des scientifiques mondialement connus, ni des médecins, ni des personnalités des Arts et de la culture comme nous l’aurions souhaité. De plus en plus souvent, la tribune est occupée par des  entretiens de personnalités troubles au sujet de leur relation difficile avec les autorités de leur pays.

Quel est l’intérêt pour le public européen ? Au lieu d'étudier d'autres cultures nous sommes de plus en plus immergés dans le linge sale des fugitifs qui affluent chez nous de partout dans le monde. Et nous, nous parlons de la crise du multiculturalisme ...

 
Un des derniers exemple, c’est les révélations des média à propos de la famille Khrapunov, qui vient d'Asie centrale, et plus particulièrement du Kazakhstan lointain. Le chef de famille, Viktor Khrapunov se présente devant nous comme un homme politique démocrate, qui a quitté son pays natal contraints de fuir la persécution des autorités locales.
 
Je ne sais pas quelle est la situation au Kazakhstan, mais je me souviens très bien de celle de Khrapunov dans une de ses premières interviews lequel a dit qu’il a quitté le pays sans entrave. Cette différence de langage m'a alerté (car je n’aime pas beaucoup ceux qui me prennent pour un idiot) et m’a conduit à examiner attentivement le dossier de cet homme.
 
Vous n'avez aucune idée de comment cet artiste asiatique nous maintient dans un état de naïveté. Dans son article, il mentionne le sujet des représailles politiques qui auraient eu lieu au Kazakhstan contre certains politiciens. Il dit que s’ils n’étaient pas partis, ils auraient pu être les prochains à en avoir. En fait, cet homme a lancé une terrible accusation contre les autorités kazakhes de tentative d’assassinat. Mais dans les faits, Khrapunov avait déjà dit tout autre chose.

Pour commencer, il faut comprendre qui était Khrapunov ? Un leader de l’opposition ? Non ... qui se dresse contre le pouvoir actuel ? Encore une fois ... non. A t-il publié des articles critiques, parlé des problèmes, essayer de faire quelque chose pour aider son pays à devenir plus démocratique ? Non, non et non. Mais alors, quel est son antagonisme politique? Je n'ai pas trouvé la réponse à ces questions, parce que Khrapunov n’a jamais été une personne politique indépendante et ne s’est jamais montré pendant sa carrière. Il était un bureaucrate ordinaire, comme des centaines d’autres. Ce héros de nombreuses publications et l'interview a dit qu'il travaillait en étroite collaboration avec les autorités, exécutant les ordres, même s'il ne les appréciait pas. Autrement dit, il était seulement un fonctionnaire docile. Même lorsqu’il était ministre de l'Énergie, ou maire de la plus grande ville du Kazakhstan, Almaty, Khrapunov n’a montré aucune ambition politique.

 
Son travail dans la fonction publique a été entaché de scandales, en règle générale, liés à la corruption. En outre, il en était l'acteur principal. Par conséquent, Khrapunov il n’avait aucune raison de fuir pour motif politique.

On ne peut pas considérer son départ du Kazakhstan comme le résultat d’une fuite. Il y a fuite lorsqu’un membre de l'opposition est confronté à de nombreux obstacles lorsqu’il essaye de quitter le pays, tels que poursuites et fusillades. Dans son cas, c’est toute une histoire. Khrapunov lui-même a admis dans une interview qu'il avait trompé les autorités du Kazakhstan, en disant qu'il allait en Suisse pour raison médicale.

 
Autrement dit, les autorités ne savaient pas Khrapunov s'enfuyait, et ne savait pas qu'il était membre de l'opposition, donc opposant politique. Par conséquent, la «fuite» a eu lieu normalement. L'ancien maire a affrété un avion énorme et déménagé presque toutes ses possessions. Si cet homme politique avait été placé sous surveillance, n’aurait-il pas été détecté par les services de sécurité ? Non, cet homme est sorti du pays tranquillement. C'était en 2007.
 
Qu'est-il arrivé ensuite? Pourquoi Khrapunov est soudainement devenu un démocrate, car en tant que maire,  il n’a manifesté aucune forme de dissidence. Politiquement, Almaty est la région la plus chaude du Kazakhstan et Khrapunov a fait disperser par la police anti-émeute plus d’une manifestation. Et maintenant, il serait parmi les persécutés. Quelle étonnante transformation?
Pourquoi depuis qu’il a eu le droit de s'installer en Suisse, ce vieux retraité s’est calmé ? Pourquoi ne s’est-il pas positionné comme un démocrate ou membre de l’opposition depuis longtemps. N'est-il pas étrange que les faits et les événements dont il parle à présent dans un article dénigrant les autorités kazakhes, ont eu lieu avant son départ ? Autrement dit, à cette époque, il n’était pas touché par le patriotisme, lorsque les autres se sont rendus aux barricades. Des années plus tard, il a soudainement  "vu la lumière."
 
Mais revenons à la question, pour quelle raison un calme retraité se leva brusquement sur le sentier de la guerre?  Tout est très simple. Il a rejoint les démocrates, alors que le pays natal commençait à émerger de ses affaires troubles.
 
C’est à la lumière de cette situation, que Khrapunov est passé hâtivement et sans entrave en Suisse. A la différence des autorités kazakhes et des forces de sécurité, il savait qu’avec le temps, ses nombreux crimes économiques seront découverts. Par conséquent il s’est échappé. Et à l'ouest il était au calme, ne se montrant nulle part jusqu’au moment où la justice de son pays à porté des accusations criminelles contre lui.
 
Se rendant compte qu’en Europe, la question de la corruption est son point le plus vulnérable, Khrapunov essaye de prouver à tous qu’il doit ses millions de dollars (il est l'un des plus riches de Suisse) à son épouse et femme d’affaires, Mme Leila Beketova. Il a rappelé que c’est elle qui a ouvert la première station de télévision privée au Kazakhstan. Soit dit en passant, si à cette époque les droits d’auteur avaient été les mêmes qu’aujourd’hui dans ce pays, elle aurait été la première a aller en prison, car dans sa télévision passaient toute la journée des films piratés, y compris de l'industrie du porno.
 
Mais ce sont des détails. L'essentiel est que dans de nombreux pays, l’association «mari fonctionnaire et épouse femme d'affaires" est la clé du succès. Khrapunov a tracé pour son épouse et son fils, un homme d'affaires, une voie royale qui a fourni un succès fulgurant dans le domaine des affaires de la famille. Comme cela a été révélé, plusieurs affaires criminelles ont été ouvertes pour prise illégale d’intérêts en faveur de sa famille, alors qu’il était maire d’Almaty. 
 
Par conséquent, je prends personnellement comme une insulte les pseudo-révélations de M. Khrapunov qui ne se préoccupe aujourd'hui que d’une seule chose, laquelle est d’éviter la responsabilité pénale par tous les moyens. Je pense que les médias ont été mis dans l’embarras après avoir publié un article sur la famille Khrapunov, avec des photos prises par le tabloïd. Il aurait été plus logique de reproduire les informations du site d'Interpol, où une photo de cet homme se trouve dans la rubrique «recherché».

Tout ce qu’il s'est passé est un camouflet  au visage d'Interpol. Comment appeler un homme recherché qui non seulement ne se cache pas, mais se confie ouvertement dans les médias? Soyez sérieux, messieurs !
 

Aucun commentaire: