lundi 22 avril 2013

Khrapunov, exemple d'un faux démocrate réfugié en Suisse

Au cours des dernières années, la Suisse est activement occupée par des citoyens très riches, originaires du Kazakhstan. Beaucoup d'entre eux ont choisi ce pays comme lieu d'habitation permanent, non seulement pour l'amour de la beauté de la nature, mais aussi pour la neutralité de l'État. La plupart d'entre eux choisissent la Suisse comme un second foyer, afin d'échapper à des poursuites dans leur pays natal.


Un des plus éminents citoyens du Kazakhstan ayant trouvé refuge sur les rives du lac Léman est Victor Khrapunov et sa famille. Jusqu'à un passé récent, Khrapunov a été maire pendant 7 ans, de la plus grande ville du Kazakhstan, Almaty. Ensuite il a été nommé gouverneur d'une région du pays, puis a pris un poste de ministre des Situations d'urgence. Il a quitté le Kazakhstan au printemps 2008.


Il est intéressant de noter qu'il n'a pas choisi la Suisse par hasard. En effet, son nom est associé à ce pays depuis de nombreuses années. Sa femme, Leila, une femme d'affaires dont le succès remonte aux années 90 (en passant, lorsque son mari était adjoint au maire d'Almaty, ministre de l'Énergie et de l'électrification du Kazakhstan et ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles) avait établi des relations commerciales avec la Suisse. Elle s'est engagée dans l'importation de marchandises suisses de la plus haute qualité au Kazakhstan. Les enfants de Victor Khrapunov, Ilyas et Elvira, ont étudié à Genève, où l'un d'entre eux a commencé une carrière brillante. Ilyas Khrapunov dirige aujourd'hui l'entreprise «Groupe suisse pour le développement», qui apparemment, a été fondée en 2007. La société s’est engagée dans de grands projets de construction.


Aujourd'hui, en Suisse, la famille Khrapunov est connue parmi les gens très riches. Selon le magazine suisse «Bilan» en 2009, Viktor Khrapunov faisait partie d'une liste de trois cent personnes les plus riches de Suisse.


Mais, selon les pièces du dossier de presse, très minutieusement décryptées dans les médias kazakhs, le principal capital de Khrapunov a été accumulé alors qu'il était maire de la ville d'Almaty. Dans son pays natal, il est accusé d'avoir reçu des pots de vin,  blanchi de l'argent, ainsi que de fraude, de criminalité organisée et d'abus de pouvoir. En général, il est accusé de tout ce qu'un ancien haut fonctionnaire peut-être accusé.


Le principal défaut de Khrapunov, connu de tout le monde au Kazakhstan est la vente de terrains en contreforts de l'unique Zailiyskiy Alataou (près d'Almaty). Cette zone est appelée la seconde Suisse : il ya les magnifiques montagnes de la chaîne du Tien Shan et d'excellentes pistes de ski. Près d'Almaty, soit dit en passant, se trouve la plus haute patinoire de glace dans le monde, nommée Médéo, proche de l'unique station de ski Shymbulak. Victor Khrapunov a facilement vendu les terrains situés sur les rives de presque toutes les petites rivières dans et autour de la ville, les détournant des registres en vertu des «besoins économiques». La majorité de ces terres sont en zone interdite, car comportant des eaux potables préservées.


Juste après son départ pour la Suisse et l'apparition d'une affaire pénale dans sa patrie d'origine, Khrapunov a affirmé haut et fort qu'il était "l'initiateur d'importantes réformes, et qu'il a consacré sa carrière au développement du Kazakhstan" (citation dans son site) et toutes les constructions illégales réalisées dans des zones protégées relèvent d’ordres provenant d'en haut".


Cependant, dans une entrevue, Khrapunov a lâché qu'il a signé tous les documents afin que personne ne se dispute. Dans le même temps, il a acheté une maison pour lui-même : "Le directeur de la station de ski m'a dit que je pourrais faire l'achat de la maison ... J'ai signé un contrat et la maison a été entièrement construite. Tous les documents étant en conformité avec les lois de la République du Kazakhstan, alors je suis devenu le propriétaire légal de cette maison dans la région de la station de ski Shymbulak, qui a été vendue plus tard" (pour 5 millions de $). Ainsi, cette maison a été construite dans la même zone réglementée et le permis de construire a été signé personnellement par Khrapunov.


Autre exemple. Khrapunov avait vendu à son neveu une aire de loisirs pour un prix symbolique. Celui-ci est situé sur quatre acres de terre qui ont été détachés du parc national "Médéo".


En plus de la vente frauduleuse de terres dans le bassin d'assainissement, Khrapunov est impliqué également dans la restructuration d’Almaty où il a donné des terres pour le logement de masse et des bureaux sans prendre en compte les caractéristiques climatiques et géologiques d'Almaty, ville située dans une zone d'activité sismique. En conséquence, la ville a cassé son équilibre écologique, la pollution atmosphérique a atteint un point critique. Mais ceci est une digression lyrique.


Plus de 20 affaires pénales sur Khrapunov ont été initiées. L'une d'entre elles concerne la construction d'un nouvel aéroport à Almaty, au cours de laquelle il a été volé environ 10 millions de dollars américains. Par ailleurs, l'historique financier de la construction de l'aéroport d'Almaty est tellement en désordre que personne ne peut nommer le montant total de ces prêts accordés au titre des garanties d'organismes gouvernementaux et d'autres Akimat.


Un autre cas fait état de dons de 54 parcelles de terrain par l'akimat d'Almaty pour la publicité sur panneaux d'affichage. En outre, ces parcelles sont encore détenues par les deux sociétés dont les fondateurs sont Leila Beketova et le fils de Victor Khrapunov, Ilyas Khrapunov.


Aujourd'hui, en regardant honnêtement des journalistes sur une page de son site, Victor Khrapunov dit qu'il est un honnête pauvre ancien fonctionnaire. Ainsi, sa femme est riche, et lui est pauvre. C’est elle qui est entrepreneur à succès dans les médias, l'immobilier et les produits de luxe, et qui dispose d'un compte bancaire en Suisse.


Khrapunov dit qu'il n'a jamais eu de compte bancaire en Suisse, et le patrimoine de la famille a été principalement acquis par sa femme, entrepreneur à succès (selon la publication, Leila Khrapunova fut le fondateur de la première station de télévision privée au Kazakhstan, et a géré plus tard des entreprises dans l'immobilier, les médias et les biens de luxe). Le fils de Khrapunov, Ilyas, selon l'ancien maire d'Alma-Ata, travaille avec succès dans l'immobilier. Par ailleurs, il est marié à la fille d'un autre fraudeur kazakh bien connu, Mukhtar Ablyazov. Parmi les milliardaires suisses, il y a la fille de Khrapunov, Elvira Khrapunova-Beldimani. Elle est devenue connue car un an avant l'évasion de son père dans le pays, en 2007, elle a acheté une villa, d'une valeur de 32 millions de francs à Colon dans la banlieue chic de Genève, sur la rive gauche du lac Léman. Dans le classement de l'année 2009, le patrimoine de Khrapunov a été estimé à environ 400 millions de francs (288,5-384 millions $).


Maintenant, la famille joue le rôle des démocrates persécutés. Khrapunov s'appelle lui-même sur son site Internet, un "moteur de réformes importantes" du Kazakhstan, et continue à "servir les intérêts de son pays, par la promotion du dialogue et de la démocratie."


Dans l'ensemble, la situation du démocratique Khrapunov est réduite à une seule chose qui est la recherche d'une personne qui doit être blâmée pour ses erreurs. Jusqu'à présent, il n'y a pas eu de succès. Depuis l'année dernière, lui et son épouse sont recherchés par Interpol. Soit dit en passant, quelle personne, bien consciente de la situation de cette famille, ne serait pas pressée de les arrêter ? Soit Interpol ne connait pas l’adresse juridique de Khrapunov, soit il est financer par cette famille ? Qui sait ....

Aucun commentaire: