mardi 13 mai 2014

Ablyazov toujours en prison

Suite à d'importants événements dans la vie politique, est sorti à la vue du public européen une petite mais très ambitieuse personne avec des plans napoléoniens. Il s'agit de Mukhtar Ablyazov, oligarque, escroc, séducteur des femmes des autres, pilleur de capitaux étrangers actuellement en prison à Luynes, près d'Aix en Provence.

Pourquoi s'intéresse t-on toujours autant à ce personnage, alors qu'en ce moment se déroulent de profonds changements dans le monde ? Est-ce le moment ? En fait, l'intérêt vers Ablyazov s'est presque éteint mais a éclaté avec une vigueur renouvelée grâce à des réalités géopolitiques actuelles, qui a été déclenché la crise politique en Ukraine. Cette histoire est une sorte de « test décisif » qui remet tout à sa place et permet de voir clairement le "vrai visage" de la démocratie européenne.

Rappelons brièvement ce qui c'était passé au début de l'année. La justice française qui a examiné l'extradition d'Ablyazov en Russie, est venue à penser que sa culpabilité est prouvée complètement du fait qu'il n'y a pas de motif politique. Il est prouvé que les actes de M. Ablyazov relèvent de la criminalité ordinaire. Pour les crimes qu'il a commis en Russie et dans d'autres pays, soit le vol de plus de six milliards de dollars, en France, il aurait pu être condamné à une longue peine d'emprisonnement. En d'autres termes, le vol conduit à la prison.

Il faut noter que dès qu'il y a eu la crise ukrainienne dans laquelle la Russie a été impliquée, et dès que Moscou ne s'est pas comportée comme prévu par  les organisateurs du coup d'État de Kiev, la justice française a également engagé son propre petit "coup d'Etat". Ablyazov semblait en quelque sorte plus proche et plus compréhensible, et son crime plus si effrayant.

Auparavant, les fonctionnaires de la justice française ont été trompés avec de belles paroles disant que l'oligarque Ablyazov ne pouvait pas les acheter, comme il a acheté le public.

Mais cette crise politique a entrainée un changement d'attitude envers la Russie qui a poussé le tribunal d'Aix- Provence a admettre des erreurs dans la procédure d'extradition de Mukhtar Ablyazov.

Pas besoin d'être un génie pour comprendre que la conjoncture politique est intervenue dans cette affaire. L'intégrité de la cour qui a été déclaré par le juge est une fiction, car un système judiciaire véritablement indépendant agirait uniquement sur ​​la base de faits. Et si dans cette affaire, entre en force le principe : l'ennemi de mon ennemi est mon ami et que tout est fait pour faire d'Ablyazov une monnaie d'échange de l'échiquier politique, juste pour contrarier Moscou, ce n'est pas une démocratie, c'est n'importe quoi ...

Maintenant, le cas d'Ablyazov est considéré par la Cour de Cassation de Paris. Et il n'y a toujours pas de point final dans cette affaire. On peut penser que le bon sens prévaudra et que le délinquant aura ce qu'il mérite.

Il ne faut pas faire comme les nouvelles autorités ukrainiennes, qui semble avoir l'intention de réviser l'affaire criminelle concernant Ablyazov. Il y a six mois, il y avait une compétition avec la Russie pour savoir vers qui Ablyazov sera extradé, et où il purgera sa peine. Tout ce qui arrive, est apparemment à l'encontre de la Russie.

Voici une question simple, le simple électeur connait-il ses intentions ? En fait après tout, M. Ablyazov a volé environ cinq cents millions de dollars dans la seule Ukraine, engageant des pratiques frauduleuses avec des sites offshore. Soit 500 millions de $ n'est pas assez d'argent pour la pauvre Ukraine, soit et ce n'est pas un secret, les  médias ukrainiens ont été sponsorisés par l'oligarque avec l'argent volé, et sont passés dans le camp des militants des droits de l'homme de M. Ablyazov ? La nouvelles équipe politique ukrainienne qui est arrivé au pouvoir avec le soutien médias "libéraux" a t-elle peur des « plumes rebelles » ? Peut-être a-t-elle obtenu un pot de vin d'Ablyazov ... ?

L'importance de cette affaire est que cette dentelle politique autour des questions juridiques fondamentales sape la confiance dans l'impartialité de la justice européenne. Est-il étonnant que le criminel eurasien se soit bien installé dans l'Union européenne. Comme au Moyen Age, il existe un marché d'indulgences.

Mais la mauvaise réputation est une tâche, qui une fois obtenue, ne se lave pas avant de nombreuses années. L'Union européenne et l'Occident en général sont donc de plus en plus accusés d'appliquer la règle du « deux poids, deux mesures ». Et le temps de commencer à réfléchir, et d'arrêter de se faire rouler.

Par ailleurs, le business criminel dans les pays à l'est de Vienne, qui a l'habitude de se cacher derrière des slogans politiques et de se cacher dans le confortable ventre démocratique de l'UE, montrera tôt ou tard ses dents. Selon le dicton, même si on nourrit le loup, il continue de regarder vers la forêt.

Dans le cas de Ablyazov il faut comprendre une chose. Premièrement, si il est un voleur et un criminel, il ne faut pas se salir les mains sur cette créature. Deuxièmement, s'il est important de faire pression sur la Russie, il faut choisir d'autres méthodes. Car en gros, qu'est-ce qu'Ablyazov pour Moscou ? Juste une poussière sous les pieds. Faire un marché sur ses affaires criminelles c'est faible, laid, pathétique et ne sera bénéfique à personne, sauf a ceux qui sont  nourrit par Ablyazov.

Allons-nous continuer dans le même esprit, à encourager le crime international ? Soyez heureux pour l'ex-banquier qui a effrontément trompés investisseurs et partenaires ?! Par ailleurs, la France est-elle au courant que parmi ceux qui été volé par M. Ablyazov, il y a des institutions financières françaises. Il y a également des banques britanniques  de Russie et du Kazakhstan. Le sort de ce criminel concerne les polices d'une douzaine d'Etats différents.
 
Il faut comprendre que la personne qui a volé une telle somme d'argent peut créer et organiser si nécessaire, au moins une centaine de fonds de droits de l'homme qui plaideront en sa faveur. Messieurs les démocrates, il ne faut pas mélanger les torchons et les serviettes.

Aucun commentaire: