lundi 19 mai 2014

La fondation "Dialogue Ouvert" en lien avec Ablyazov

La politique de la Pologne a subi l'influence de la Fondation "Dialogue ouvert ", qui était un "cheval de Troie" dans la maison de la démocratie européenne.

La Fondation «Dialogue ouvert» est devenu célèbre principalement pour tous ses efforts visant à sauver le membre de l'opposition Mukhtar Ablyazov et son équipe de «prédateurs» de la justice internationale. Toutefois, la fondation aime écrire sur la justice Kazakhstanaise, probablement parce que c'est de là que se trouvent la plupart des traces laissées par le « démocrate » Mukhtar Ablyazov ou « la mouche » comme il est appelé dans des endroits pas si éloignées.

En fait, tout cet amour inexplicable de « Dialogue ouvert » pour le fugitif Ablyazov est devenu une source de scandale. Les accusations de lobbying pleuvent de tous les côtés sur l'oligarque.

En fait, il y a de quoi réfléchir. Le démocrate dit « la mouche » est un martyr des "libertés civiles" et à la fois escroc chanceux et voyous qui apparait en première page des chroniques de la Fondation des droits de l'homme.

Et même si la présidente de cette association Lyudmila Kozlovskaya nie cent fois tout lien avec Ablyazov, sauf  socio- politique et peut-être moral et spirituel, il est très difficile de se débarrasser de l'impression que toute cette histoire a un parfum «coup monté».

Tous ceux qui ont entendu parler du volume du portefeuille du démocrate « la mouche » et comment il aime «parrainer» les médias, les ONG et les Fondations, vont involontairement commencer à se demander ce qui motive les gens qui se sont levés pour sa défense ? Après tout, il est un criminel avéré et pas selon un seul jugement. Même le Royaume-Uni a été forcé de reconnaître qu'Ablyazov est un voleur, mais les yeux modestement baissés, lui a permis de s'échapper.
 
Ce pays a été apparemment embarrassé d'emprisonner un homme à qui elle a préalablement donné l'asile politique. D'une certaine manière de faire à l'européenne ni même démocratique. Et le fait qu'il ait volé plus de cinq milliards de dollars et a fait souffrir des banques anglaises, françaises, ukrainiennes, russes et kazakhes n'est pas si grave, le plus important est de sauver la face.

Les Français, cependant, ont arrêté Ablyazov. Dans un style purement français ils ont pisté sa maîtresse qui les a conduit vers Ablyazov.  Ils ont arrêté ce dernier et l'ont emprisonné. Par la suite, "Dialogue ouvert" a à nouveau commencé à se cabrer. Il est alors stupide de dire que cette fondation n'a pas de lien avec Ablyazov. C'est comme si une prostituée cherchait à convaincre tout le monde, qu'elle ne couche pas pour l'argent mais pour l'amour de l'humanité.

Presque tout ce que fait cette organisation est directement ou indirectement lié à l'oligarque fugitif. De manière étrange, "Dialogue ouvert" est activé dans tous les domaines qui sont stratégiquement bénéfique à ce criminel.

Par conséquent les propos de Mme Kozlovsky sont fallacieux, quand elle dit qu'elle a croisé Ablyazov seulement en 2013, lors de l'affaire de l'extradition de l'épouse de l'oligarque de l'Italie vers le Kazakhstan. Elle dit ne pas savoir que jusque-là, cet homme politique existait.

Faut-il se rappeler 2010 ? "Dialogue ouvert" a préparé une réprimande fulminante devant la communauté internationale lors de la présidence du Kazakhstan à l'OSCE. Une grande partie de ce curieux document était consacré à Ablyazov, ou plutôt à son parti "Alga", lequel était désigné comme opprimé . Et pourquoi était-il opprimé ? Les autorités ne l'ont pas enregistré. Mais quel pays européen aurait enregistré un parti si celui-ci ne lui fournit pas les documents nécessaires ? Fonctionner en dehors des lois et donc être dans l'épicentre de divers scandales est nécessaire à Ablyazov. L'objectif principal est de donner à un simple criminel le statut de membre de l'opposition dissidente et le faire sortir de ses responsabilités.

Bien sûr, la fondation n'admettra jamais qu'il est son principal «sponsor». Car selon ses statuts, ses objectifs sont purement nobles. Mme Kozlovskaya fait valoir que la fondation est un outil d'information et d'échange culturel pour la transformation progressive naturelle de la société post-totalitaire vers la démocratie et les libertés civiles.

En fait, la fondation est devenue un outil d'ingérence légal dans les affaires intérieures des Etats souverains, qui ont tendance à avoir une "dent" contre Ablyazov. Et les méthodes et la rhétorique n'ont rien à voir avec les objectifs fixés.
Un exemple frappant est l'Ukraine. Est-ce que ce qui est arrivé dans ce pays peut être appelé une transformation naturelle et progressive vers la démocratie ? Est-ce que le fascisme est le but ultime de la transformation ?

Mais ça ne dérange pas "Dialogue ouvert". Pour eux, seul le résultat est compte. Il ne se soucie pas du bien-être des gens.

La Fondation est devenue un outil utilisé pour semer le trouble parmi les jeunes démocrates. En novembre 2013, les employés de la Fondation ont organisé par le biais de notification de réseaux sociaux, plus de 300 000 mille citoyens de l'Ukraine pour lancer la manifestation. «Dialogue ouvert» a initié un voyage en Ukraine de plusieurs membres du Parlement polonais pour soutenir les grévistes. Cela aurait pu être cohérent si toutes ces activités avaient été menées correctement, en conformité avec la rhétorique démocratique. Mais en fait, des militants des droits de l'homme ont appelé à la chute du gouvernement actuel, et tous les dissidents ont été enregistrés dans le camp ennemi.

Par exemple, le représentant de la fondation Tomas Chuvara, a commenté la présence de « Dialogue ouvert » dans les événements ukrainiens lors d'une interview avec des journalistes.

« Tout d'abord, la mission avait un caractère observatoire, et plus tard nous avons exprimé notre solidarité, et maintenant nous nous battons pour les droits de l'homme et d'essayons de faire avancer les choses concrètement », a déclaré le représentant de la fondation.

Il a également parlé de la propagande par les structures ennemies et par les régimes autoritaires de la frontière orientale de la Pologne qui n'aiment pas leur action.
 
Ces déclarations sont pas sans rappeler la guerre froide. Les préjugés et les agressions continues. Périodiquement "Dialogue ouvert" enlève le masque et montre un sourire hostile. Est-ce que l'Europe a besoin d'un partenaire si  inadéquate ? D'autant plus que leur but ultime n'est pas le bien-être du peuple ukrainien. L'activité de la Fondation des droits de l'homme aux événements ukrainiens s'explique par d'autres raisons.

Le fait est que l'Ukraine est l'un des pays qui a fait appel à la France pour extrader Ablyazov en tant que criminel. Et même si à la fin, le droit de "première nuit" avec Ablyazov est revenu à Moscou, qui a également lancé des poursuites, Kiev dans ce scénario a joué un rôle important.

C'est ce que nous voyons aujourd'hui, lorsque les nouvelles autorités ukrainiennes tentent de réexaminer le cas d'Ablyazov, les Français ont commencé à se demander s'il faut l'extrader vers la Russie.

Tout est fait pour qu'Ablyazov soit un point de négociation entre la Russie et l'Occident. Ainsi, l'oligarque fugitif gagne des points politiques, forme son image comme une personne importante. Aujourd'hui, c'est sa seule chance d'échapper à la punition.

Qu'il soit un criminel ne dérange personne. Le gestionnaire de la Fondation «Dialogue ouvert» avec un cynisme ouvert dit que « la fondation n'évalue pas la validité des accusations portées contre lui ".

Mme Kozlovskaya agit effectivement comme un avocat d'Ablyazov. Après tout, pour les avocats peu importe la personne qu'ils doivent défendre, maniaque, tueur en série ou voleur, tant que l'argent est versé.

Mme Kozlovskaya oublie une seule chose. Elle n'est pas une avocate, elle est une défenseur des DROITS. Cependant, elle outrepasse sa mission, elle ne défend pas le droit, mais les droits de l'homme, et d'un criminel de surcroît. Et, les députés européens aveuglés par le verbiage de la Fondation deviennent aussi complices d'un crime, car ils permettent à un criminel de s'échapper à sa responsabilité pénale.

Ablyazov a tout fait intelligemment en construisant des mensonges structurés et complexes lui permettant régulièrement de mener par le bout du nez le public européen. Sa seule faiblesse est de choisir ses compagnons avec des noms de chèvre. Au Kazakhstan Kozlov (chèvre en russe) était à la tête de son parti, et en Pologne il est avec Mme Kozlovskaya., Apparemment, il a une passion particulière pour ces personnes, qu'il utilise avec un ricanement cynique, puis qu'il  transforme en boucs émissaires.

L'oligarque prend avec lui des gens qui n'ont pas de grandes qualités morales. Ainsi, l'ancien chef du "Dialogue ouvert" I.Sherstyuk a été poursuivi pour tentative d'assassinat de l'homme d'affaire à Lviv.

Homme versé dans les jeux politiques "choquants" en Asie, qui a fait l'expérience du haut fonctionnariat et de l'activité semi-criminelle, Ablyazov a trouvé le «talon d'Achille» de la démocratie européenne. Dans les Etats dits jeunes démocraties, il peut commettre n'importe quel crime et se départir de sa responsabilité. Pour cette seule fin, il lui faut tout simplement procéder à des opérations de couverture, en mettant en œuvre des petits gestes vers la démocratie et en faisant  des déclarations fortes contre le gouvernement. Et bien sûr, il a besoin d' un porte-parole. L'homme a appris à jouer sur les rigidité de pensées et se moque tranquillement de l'Europe, qui est si facile à manipuler.

Aucun commentaire: