dimanche 31 août 2014

Pavlov - homme de main d'Ablyazov

L’Espagne s’ajoute à un certain nombre de pays dans lesquels des personnes soupçonnées de crimes se réfugient.
 
L'hystérie des défenseurs des droits de l'homme qui s’est déroulée dans les média, car on ne peut pas appeler cela autrement, concernant le fugitif du Kazakhstan Alexandre Pavlov, est très symptomatique. Le sens général des thèses est très émouvant et se résume au fait que la personne est inculpée dans son pays de crimes graves pénaux mais qu’elle n’est pas un criminel et que toutes les charges retenues contre elle ont été fabriquées, et sont politiquement motivées.
 
C'est un peu brouillon, mais c’est la ligne de défense d’Alexandre Pavlov (connue) qui a été très activement développée par la fondation des défenseurs des droits de l’Homme "Dialogue ouvert".
Maintenant, essayons de comprendre ce qui se passe aujourd'hui autour de cet homme, et pourquoi a t-il porté autant d'attention aux médias ?
 
Pour commencer, essayons de comprendre qui est ce Pavlov. Dans un passé récent, il était le chef des gardes du corps de l’infâme nouvel oligarque fugitif Kazakh, Mukhtar Ablyazov. Pourquoi infâme? Parce qu’Ablyazov est devenu l’un des plus grands escrocs dans l'histoire des affaires bancaires. Si on a déjà eu connaissance de dirigeants qui ont pu voler 1 million de dollars ou plus, celui-ci n’a pas mégoté grâce à sa position qui lui a permis de voler plus de 6 milliards de dollars, imaginer l'ampleur.
 
Ablyazov était à la tête de la Banque BTA du Kazakhstan, mais pas le propriétaire de l'argent volé qu'il a fait sortir à travers des sociétés écrans afin d’en devenir le seul propriétaire. Ses actions ont eu des conséquences sur de grandes banques en Angleterre, en France, en Italie, en Russie, enUkraine ainsi qu’un grand nombre d’autres partenaires d'affaires. Mais, Ablyazov lui-même, sur l’argent volé, a financé un parti au Kazakhstan et l’a dirigé à partir de Londres où il s'est échappé en toute sécurité.
 
Et tout d'abord, parlons donc de l'argent. Imaginez le comble du cynisme quand dans de nombreuses interviews, Ablyazov essayait de convaincre tout le monde que ce n'était pas du tout un vol. Selon lui, cette banque était la sienne, et il avait seulement déplacé SON argent d'une poche à l'autre. Dans tout ça, le financier a délicatement oublié de parler des fonds des épargnants et des institutions financières qui ont fait des prêts bancaires à la BTA et bien plus encore.
 
Par conséquent, au Kazakhstan une enquête pénale contre Ablyazov a été ouverte. Mais ... comme vous l'aurez deviné, l’extradition de ce criminel n’était pas à l’ordre du jour.
 
Ce sont pratiquement les mêmes thèses que dans le cas de Pavlov qui ont été entendus, selon lesquelles l'affaire a été fabriquée et politiquement motivée. Dans l'ensemble, ce n'était pas un criminel, mais simplement un «génie» financier que les envieux ne laissent pas travailler. Et en passant, les militants des droits de l'homme étaient les mêmes. Les plus actifs d'entre eux viennent de la fondation "Dialogue ouvert". Il est intéressant de noter que si on regarde précisément les activités de cette fondation, on a l'impression que celle-ci ne sert que les intérêts du seul Ablyazov et de son équipe. Avec ses milliards, déployer une guerre de l'information n’est plus un problème. On ne peut donc pas prendre pour acquis tout ce qui est écrit dans les médias d’aujourd'hui, il faut travailler sur les faits.
 
Et les faits sont qu’Ablyazov a été condamné à Londres à 22 mois de prison dans une procédure civile. Il a été reconnu coupable d'avoir volé des milliards de dollars de la banque BTA. Si les avocats avaient lu cela, ils auraient compris que dans cette phrase il y a plusieurs points importants. Tout d'abord, le terme réel de prison dans une procédure civile est un degré extrême d'insatisfaction de la justice. Deuxièmement, si une affaire de vol est vue par une procédure civile, cela signifie qu’il ne s’agit pas de politique. Et c'est ainsi, le demandeur BTA Bank n'a pas demandé la poursuite pénale d’Ablyazov parce l’oligarque en utilisant les médias sous son contrôle, a créé un fonds d’information défavorable. Il sera forcément dit qu’on veut le jeter en prison pour ses convictions politiques. Les banquiers ont tout d’abord décidé de prouver le vol d'argent et de le retourner à ses propriétaires légitimes. Et le plus important, et qu’ils ont réussi. Un long et fastidieux procès, qui a entravé fortement l’oligarque c’est terminé par une défaite totale d’Ablyazov. Il a décidé de le mettre en prison car son comportement avec les juges, ainsi qu’avec tout le public européen : finacer, mentir effrontément, brouiller les cartes a empêché de faire une enquête objective, en essayant de les prendre pour des imbéciles.
 
La Haute Cour de Londres a statué que c'est un outrage au tribunal, et l’a privé de sa liberté pour une durée maximale. Pour éviter la punition, Ablyazov a émigré en France. Après quelque temps dans la clandestinité, il a été arrêté dans une opération spéciale d'Interpol et à présent, la question de son extradition vers la Russie, où il est également recherché pour crimes, est prise en considération. Qui sait, s’il y avait pas de crise en Ukraine, Ablyazov aurait probablement déjà déménagé Moscou. Une chose est claire, il ne pourra pas éviter la prison.
 
Mais revenons à Pavlov et essayons de comprendre de quoi il a été accusé. Dans la liste des accusations de crimes portées contre lui, il est accusé de fraude financière (dans le contexte de ce qu'a fait son maître Ablyazov, c’est tout à fait possible), ainsi que de préparation d'actes de terrorisme (aussi peut-être parce qu’Ablyazov a essayé de tout faire pour déstabiliser la situation au Kazakhstan).
 
A présent, parlons de la défense et de sa position. Les partisans de Pavlov croient qu'il est poursuivi pour des raisons politiques : selon eux, les autorités kazakhstanaises veulent le «knock out» en cherchant à compromettre Ablyazov.
 
Essayons de comprendre si dans ces mots il y a au moins un grain de bon sens. D’une part, est-il nécessaire aujourd'hui pour quelqu'un de compromettre Ablyazov ? Non. Cet homme est tellement sali son nom, qu’un kilo de boue supplémentaire ne ternira que très peu son portrait. D'autre part, dans l’affaire de cet oligarque il y a déjà longtemps que les tous les points sont sur les «i». L’enquête a été menée, il ne reste plus qu'à savoir s’il sera tout de même extradé en Russie, ou s’il purgera sa peine en France

La thèse compromettant Pavlov apparait en retard et inopportune, ainsi que la tentative de déclarer que Pavlov est persécuté pour des raisons politiques.

Parce que son chef n'a pas réussi à trouver de feuille de vigne pour couvrir la «honte» de son activité politique, son garde échouera également.

Un autre aspect important sont que les militants des droits de l'homme estiment que les affaires de préparation d’actes terroristes ce dont est également accusé de Pavlov, ont été forgées de toutes pièces. Mais pourquoi sont-ils si sûrs ? Y a-t-il une signification dans ces attaques terroristes ? Il y en avait probablement.Ablyazov a conduit à la subversion, par tous les moyens possibles, en essayant de porter atteinte à la stabilité politique dans le pays. En connaissant l'histoire de cet homme, cela ne surprend pas.

Que dit de cette cause, "Dialogue ouvert" qui a pris Pavlov sous sa protection ? Pensez-vous qu’il essaie d'analyser la situation et d'expliquer ce qui se passe en quelque sorte logiquement? Rien de tel. Dans l'arsenal, il y a exclusivement propagande noire, projection de salive et absence de toute explication raisonnable. Le chauvinisme européen est solide en ce qui concerne les États post-soviétiques. Le personnel de la Fondation croit par défaut que Pavlov a rien fait de mal. Mais pourquoi devrions-nous croire "Dialogue ouvert" et ne pas croire au Kazakhstan ? Quelqu'un a t-il essayé d'examiner cette affaire pénale?

Si l'Espagne refuse d’extrader Pavlov, elle sera obligée de mener une enquête. Pavlov est-il accusé d'infractions pénales? Donnez votre réponse, si des soupçons sont justifiés. La science juridique ne tolère pas la précipitation. Ce n’est qu’alors qu’il sera possible de dire en toute responsabilité que cet homme est un criminel ou qu’il est propre devant la loi.

Au lieu de cela, les militants des droits de l’homme n’ont rien a prouvé ni rien à nier, et ils trainent avec enthousiasme le Kazakhstan dans la boue, ils se taisent sur les jeux sales d’Ablyazov dans lesquels Pavlov était un responsable opérationnel.

Ils ont la même ligne de défense, Quand Ablyazov était sur le point d’être extradé, il a demandé l'asile politique au Royaume-Uni. Et il l’a obtenu. Il aimait que la Fondation "Dialogue ouvert restant sous son contrôle, rappelle cette histoire à tout le monde. Pavlov, inspiré par l'exemple de son chef, a décidé de suivre le même chemin en Espagne. Mais là encore, cette mesure est en retard.

Rappelons que Londres après avoir cessé de croire aux faux discours Ablyazov et après avoir compris par qui et pourquoi il était persécuté, a privé ce criminel du statut de réfugié politique. De ce fait, un précédent intéressant est créé, l’Angleterre a effectivement admis qu'il est très facile d'être trompé par des pseudo-démocrate et d’être entraîné dans une histoire sale et laide. Par conséquent, les autorités espagnoles devraient bien réfléchir avant de prendre Pavlov .sous son aile. Le simple fait d’avoir affaire avec une personne de l'équipe d’Ablyazov devrait donner l’alerte.

Par conséquent, l’enthousiasme des défenseurs a le temps d’être mis de côté. Il faut comprendre que la pierre angulaire de la démocratie est la présomption d'innocence qui doit être mis en balance avec d'autres positions fondamentales, à savoir, devant la loi tous sont égaux en droit. Et le félon, ersatz de démocrate, est le même bandit qu’un vulgaire voleur.

vendredi 29 août 2014

Le Kazakhstan célèbrera sa Constitution le 30 août prochain

Le 30 août est une date importante pour le Kazakhstan. Ce jour-là, même les coins les plus reculés du pays, célèbrent la Constitution de la République de Kazakhstan. Il y a 19 ans, la population du Kazakhstan a fait un choix historique et a choisi le moyen de son développement futur. En1995, il été adopté la première constitution du paysgarant des droits et libertés des citoyens. À la suite de la mise en œuvre stricte des dispositions de cette Constitution, dans un court laps de temps, le Kazakhstan a établi un Etat fort et construit une indépendance inébranlable.

Au cours de ces années, la constitution de la République du Kazakhstan a créé les conditions pour la réussite du développement de la société. La Constitution du pays est le garant de l'égalité des droits et des chances pour tous les citoyens du Kazakhstan, en tenant compte des intérêts de ce peuple multiculturel. Par conséquent, le jour de la Constitution du Kazakhstan est l'un des principaux jours fériés du pays et ce n'est pas seulement les citoyens du Kazakhstan qui tournent leur attention vers les réalisations et les succès de ce jeune, mais ambitieux Etat, ​​mais le monde entier.
 
Aujourd'hui, grâce à l'unité et l'harmonie dans sa société, le pays a atteint une stabilité politique et économique et toutes les conditions nécessaires au respect des droits et des libertés des citoyens sont réunies.

Au cours des 20 ans de l'histoire du Kazakhstan indépendant, il n'y a pas eu de crise politique. Toutes les questions sont traitées en stricte conformité avec les dispositions constitutionnelles grâce à l'interaction entre le gouvernement et les différentes branches de la société. La Constitution est devenue une base solide pour la croissance du potentiel démocratique du pays.

L'une des autorités constitutionnelles les plus importantes du pays est l'Assemblée du peuple du Kazakhstan, qui délègue de ses députés au Parlement, et est largement étudié dans le monde. En 2012, Astana a accueilli le quatrième Congrès des dirigeants des religions mondiales et traditionnelles, dont  le thème principal a été " La paix et l'harmonie comme choix pour l'humanité ". Dans ce contexte, il convient de noter les grands efforts réalisés par le Kazakhstan  pour relancer la langue, la culture, l'éducation du patriotisme kazakhstanais, le renforcement de l'harmonie inter-ethnique, à ce propos, il existe de plus de deux cents écoles ethniques et centres de langues du dimanche.

L'événement le plus attendu dans la vie économique du pays est l'exposition "Expo-2017", qui se tiendra sur le thème de l' "Énergie pour l'avenir". Le projet se propose d'explorer les stratégies, les programmes et la technologie pour développer des sources d'énergie durables, encourager l'utilisation de sources d'énergie renouvelables et de montrer aux visiteurs la nécessité d'une participation active dans l'utilisation efficace des ressources énergétiques. Au même moment, les scientifiques étrangers et nationaux présenteront leurs derniers développements dans le domaine de l'économie verte. Il est prévu que  plus de 100 pays  participent à cette exposition.

Il est envisagé que l' "EXPO-2017"  soit une incitation supplémentaire pour le développement économique et des infrastructures de la capitale et du pays dans son ensemble. " C'est la plus grande réussite du Kazakhstan au niveau international depuis l'indépendance. Ce sera un nouveau point de départ pour notre pays. Dans notre capitale, sera présenté le meilleur de la science et de la technologie dans le monde. Beaucoup de Kazakhstanais pourront voir de leurs propres yeux, l'économie de l'avenir auquel nous aspirons. Pour nous, l' "EXPO" deviendra un méga-projet, dont les bénéfices profiteront à chaque région. Cela donnera une puissante impulsion au développement de l'innovation du pays ".
Pendant ses années d'indépendance, le Kazakhstan a parcouru un long chemin, tant dans le domaine économique que dans le domaine des relations diplomatiques : le Kazakhstan entretient des relations diplomatiques avec 138 pays du monde. En résultat d'une coopération active avec les pays étrangers et les organisations internationales, il a été conclus plus de 3000  contrats au niveau interétatique, interministériel et intergouvernemental.

Seuls des efforts conjoints dans le monde moderne peut répondre adéquatement aux défis du terrorisme, de l'extrémisme et du trafic de drogue, par conséquent la coopération dans le cadre de la Communauté économique eurasienne est l'une des principales orientations de la politique étrangère du Kazakhstan. La mise en place de l'Union douanière de la Russie, du Kazakhstan et de la Biélorussie devrait être considérée comme une étape logique vers l'intégration et la construction d'un espace économique unique. Mais ces efforts d'intégration demande beaucoup de temps. 

La réalisation la plus importante de la diplomatie kazakhstanaise était la présidence de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe en 2010. Le Sommet de l'OSCE est devenu une réalisation historique, qui s'est tenue à Astana.
 
Depuis mars 1992, a débuté le développement d'une relation officielle entre le Kazakhstan et l'Union Européenne. Depuisle pays s'est intéressé à renforcer la présence européenne, principalement économique. Les bases d'une coopération mutuellement bénéfique entre le Kazakhstan et l'Union européenne sont déterminés par l' Accord de partenariat et de coopération, qui a créé la base juridique d'une coopération politique, économique, culturelle et humanitaire.

L'initiative du Kazakhstan de convoquer la Conférence sur l'interaction et les mesures de confiance en Asie a également reçu une reconnaissance internationale de premier plan. Après tout, il regroupe 24 États, couvrant plus de 90 pour cent de l' Asie, qui représentent la moitié de l'humanité tout entière.

Le développement de partenariats multi-parties prenantes dans le cadre de l'Organisation de Coopération de Shanghai est l'une des priorités de la politique étrangère. À ce jour, l'OCS est une plate-forme unique pour le développement d'un dialogue multilatéral avec les pays d'Asie centrale dont les principaux acteurs régionaux sont la Russie et la Chine.

Ce n'est pas pour rien qu'en 2011, le Kazakhstan a présidé l' Organisation de la coopération islamiquedeuxième plus importante organisation après l'Organisation des Nations Unies, parce que depuis l'indépendance, le pays s'est engagé à la mise en place d'une approche intégrée et en partenariat avec la communauté musulmane.

Tout cela aurait été impossible à réaliser sans une plate-forme juridique commune, qui est devenu la Constitution du Kazakhstan. Sur la base fondamentale de ce document central de la République se construit un Etat démocratique, juridique, laïque et social, dans lequel plus d'une centaine de nations, des organisations religieuses et des confessions cohabitent harmonieusement. L'unité kazahstantaise  est un gage inestimable d'une avancée irréversible du pays.  Aujourd'hui  c'est ainsi que 92% des Kazakhstanais évaluent que la situation ethnique dans le pays est harmonieuse.

jeudi 28 août 2014

Vers l'apaisement entre Chine et Vietnam

Après quatre mois de fortes tensions entre le Vietnam et la Chine, les deux pays semblent prêts à enterrer la hache de guerre. En mai dernier, suite à un conflit territorial en mer de Chine du sud, des manifestants vietnamiens s'étaient attaqués aux entreprises étrangères, forçant des milliers d'ouvriers chinois à quitter le pays. Aujourd'hui, Hanoï souhaite un rapprochement et a dépêché un envoyé spécial en Chine, accueilli les bras ouvert par Pékin.
 
« Nous sommes des voisins et tous les deux socialistes », a souligné le président Xi Jinping lors de sa rencontre avec l'envoyé spécial du Vietnam, « il est donc dans notre intérêt commun d'être aimable l'un avec l'autre ». Quel changement de ton depuis les émeutes antichinoises au Vietnam qui avaient fait cinq victimes et forcé Pékin à rapatrier 4 000 de ses ressortissants !

Deux raisons à cette accalmie après des mois de tempête diplomatique : Premièrement, Hanoï a dédommagé les propriétaires de 140 entreprises étrangères que les manifestants avaient saccagées. Deuxièmement, le mois dernier, Pékin a rapatrié sa plateforme de forage de l'archipel des Paracels.

Lors de leur rencontre à Pékin, les deux côtés ont donc pu se mettre d'accord pour éviter désormais toute action qui pourrait attiser les tensions en mer de Chine du sud. Mais l'amitié renouvelée entre le Vietnam et la Chine risque d'être de courte durée : le géant pétrolier China National Petroleum a découvert des gisements de gaz et de pétrole dans la zone disputée. Les échantillons prélevés lors des forages sont actuellement examinés pour décider de la suite des opérations.

Heike Schmidt sur www.rfi.fr le 28/08/2014

Le corridor énergétique d'Asie centrale entre dans une nouvelle phase

MOSCOU/ACHGABAT, 28 août (Xinhua) - En visite au Turkménistan, le vice-Premier ministre chinois Zhang Gaoli a appelé à intensifier la coopération énergétique, ce qui devrait faire entrer dans une nouvelle phase la construction du corridor énergétique d'Asie centrale.

       
CORRIDOR ENERGÉTIQUE
 
La coopération avec le Turkménistan fait partie intégrante de la coopération gagnant-gagnant de la Chine avec l'Asie centrale, représentée par le projet de gazoducs traversant les territoires du Turkménistan, du Kazakhstan, de l'Ouzbékistan et de la Chine.
D'une longueur de 1830 km et parallèle aux lignes A et B, la ligne C a commencé à acheminer du gaz naturel vers la Chine en juin dernier. Ce tronçon traverse le centre de l'Ouzbékistan et le sud du Kazakhstan avant d'atteindre la région du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine.
 
La ligne A a été lancée en décembre 2009 et la ligne B en octobre 2010. Outre ces trois lignes, la ligne D devrait être lancée d'ici la fin de l'année et entrer en service en 2016. D'ici là, le transport de gaz combiné par gazoduc devrait atteindre l'objectif fixé de 65 milliards de mètres cubes par an.
 
Déterminés à développer un partenariat stratégique stable et mutuellement bénéfique en matière d'énergie sur le long terme, la Chine et le Kazakhstan ont convenu en mai d'accélérer la construction de nouveaux oléoducs et gazoducs transfrontaliers.
Le réseau d'oléoducs et de gazoducs a apporté des bénéfices considérables à tous les pays concernés.
Les gazoducs Chine-Turkménistan ont acheminé plus de 90 milliards de mètres cubes de gaz naturel au cours de ces dernières années. La Chine est devenue le premier partenaire commercial et le plus grand marché d'exportation du gaz naturel du Turkménistan ces trois dernières années.
 
En outre, la Chine et l'Ouzbékistan ont signé la semaine dernière des contrats d'une valeur de plus de six milliards de dollars, couvrant divers domaines tels que le commerce, le crédit pour la construction de gazoducs et les usines de traitement.
 
L'Asie centrale est considérée comme la deuxième source de pétrole et de gaz dans le monde après le golfe Persique, avec des réserves de plus de 30 milliards de tonnes de brut exploitable et de plus de 1000 milliards de mètres cubes de gaz naturel.
La coopération énergétique a dopé la croissance du volume des échanges entre la Chine et les quatre pays d'Asie centrale (Kazakhstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Kirghizistan), qui a atteint 40,2 milliards de dollars en 2013, soit une augmentation de 13% par rapport à l'année précédente, selon les statistiques du ministère chinois du Commerce.
 
CONCRETISATION DU CONSENSUS
 
La visite de M. Zhang au Turkménistan vise à concrétiser le consensus important obtenu par le président chinois Xi Jinping et son homologue turkmène Gourbangouly Berdymoukhamedov.
 
Dans la déclaration conjointe publiée au cours de la visite de M. Xi au Turkménistan en septembre dernier, les deux chefs d'Etat se sont engagés à prendre des mesures pour garantir le fonctionnement sûr et stable des lignes A et B de gazoducs entre le Turkménistan et la Chine ainsi que le bon déroulement du projet de gaz naturel sur la rive droite de l'Amou-Daria, un fleuve important d'Asie centrale.
Lors de la visite de M. Berdymoukhamedov en Chine en mai dernier, les deux pays ont paraphé une série d'accords de coopération dans divers domaines tels que l'énergie, l'agriculture, les transports, la finance et la culture.
 
Durant son séjour au Turkménistan, M. Zhang a fait remarquer que l'échange de visites par les présidents des deux pays en l'espace de moins d'un an avait élevé le partenariat stratégique Chine-Turkménistan à un nouveau palier et avait conduit à des accords stratégiques importants pour la coopération bilatérale dans tous les domaines.
 
Lors de la troisième réunion du Comité de coopération Chine-Turkménistan, M. Zhang a exhorté le comité à renforcer la coopération stratégique en matière d'énergie en assurant le fonctionnement sûr et stable des gazoducs.
 
Le Comité a été créé fin novembre 2010 avec pour objectif de promouvoir une coopération globale, pragmatique et à long terme entre les deux pays.


Sur French.xinhuanet.com le 28/08/2014

dimanche 24 août 2014

La synergie criminelle des familles Ablyazov et Khrapunov

« L'argent pour faire du business m'a été donné par ma mère », a ainsi déclaré il y a quelque temps dans une interview, un homme d'affaires de Suisse, Elias Krapunov. Et aujourd'hui, il est recherché par Interpol. Voici une carrière fulgurante. Du fils à maman au fils majeur, il se développe depuis quelques années en bon leader d'un groupe criminel, et pour cela, un talent spécial est nécessaire.

D'autre part, il est possible de dire qu'Ilyas a de la chance avec ses professeurs. L'argent qui lui a été donné par sa mère, qui se fait appeler une femme d'affaires à succès, avait été volé sur le budget de la ville d'Alma-Ata (Kazakhstan) avec l'aide de son père, qui, dans cette ville kazakhe était le maire.

L'oligarque fugitif Mukhtar Ablyazov a apporté une grande contribution à la formation de la personnalité d'Ilyas, dont la fille épousa ce garçon à la fois calme et timide. Mukhtar Ablyazov, un personnage connu dans le monde des criminels "en col blanc", est devenu son gourou financier pour l'aider au bon moment avec de bons conseils et de l'argent. Il est habile comme un poisson dans l'eau d'un ruisseau boueux. Avant de partir à Londres avec succès, le beau-père a montré à son gendre des exercices de haute voltige pour détourner via des sociétés offshore des actifs d'une valeur de plusieurs milliards de KZT, de la banque kazakhstanaise "BTA Bank".

Les parents d'Ilyas Krapunov (le père Victor, fonctionnaire et la mère Leila, femme d'affaires) se sont rendu en Suisse. Les  beaux-parents d'Ilyas ont eu du flair. Ils ont quitté le Kazakhstan peu avant l'ouverture de poursuites pénales.

Il est intéressant de constater que les forfaits des familles Ablyazov et Krapunov sont déroulé dans la même période (2008 et 2009) et que la ligne de défense qu'ils ont choisi contre d'éventuelles poursuites est identique. Malgré que le Kazakhstan ait condamné par contumace ces personnes à de longues peines de prison, puis les a inscrit sur la liste internationale des personnes recherchées par Interpol, la justice était impuissante. Puis, la politique est entré dans ces affaires.

Tout a commencé avec Ablyazov qui a reçu l'asile politique au Royaume-Uni. Visionnaire imaginatif, il a conçu une réalité virtuelle qui n'a rien à voir avec la réalité au Kazakhstan. Dans cette réalité, il se voit attribuer le rôle d'un leader politique national en exil, poursuivi par les autorités qui fabriquent des affaires criminelles pour se débarrasser d'un concurrent.

Comprenant que le mensonge est plus grave que les armes, Ablyazov  s'est lancé dans une guerre active de l'information. Et le plus intéressant est qu'au tout début, tout le monde a cru en lui.

Les anglais ont fini par ouvrir les yeux. Mais plus tard. Le procès de la « BTA Bank » a permis d'enlever les lunettes roses et a prouvé la culpabilité d'Ablyazov dans le vol de milliards de dollars. Cette affaire, longue et extrêmement complexe a été bel et bien perdu par l'oligarque. C'est à ce moment que les anglais se sont demandé pourquoi ils avaient couvert un criminel. En conséquence, dans le cadre d'une procédure civile, Ablyazov a été condamné à 22 mois de prison pour mensonges et entrave à la justice.

Après quoi, même les Britanniques sont devenus mauvais à l'encontre d'Ablyazov, lequel a de nouveau changé de lieu de résidence. En passant par une existence souterraine, il a accusé la Haute Cour de Londres de  son engagement politique avec Astana, de collusion et de corruption. C'est un comportement  habituel de sa part. Son éloquence ne s'est pas arrêtée, même après avoir été arrêté dans sa maison sur la Côte d'Azur et emprisonné en France. A partir de là, il a communiqué dans le monde entier sur le viol de ses droits et l'arbitraire du jugement. Aujourd'hui, se pose la question de l'extradition de ce délinquant. Par ailleurs, la Grande-Bretagne l'a même privé de son statut de réfugié politique.

La Famille Krapunov se comporta d'abord tranquillement. Victor Krapunov, adoptant le comportement d'un humble serviteur du peuple pense ainsi : vole, part, et merci à Dieu, ce n'est pas la peine de réveiller le chat qui dort ! Mais la guerre de l'information d'Ablyazov est comme le foyer d'une locomotive à vapeur, insatiable de bois de chauffage. Et Victor Krapunov est devenu un de ces morceaux de bois si bien qu'aujourd'hui, après l'arrestation de Ablyazov les braises couvent encore et l'environnement politique n'est pas propice à le protéger. Leila contribue également à la création d'un écran de fumée pour aider à éviter les yeux de l'opinion publique européenne. Pendant ce temps, les nuages sur le clan ​​Krapunov se rassemblent.

Il y a quelque temps, le bureau du procureur de Genève a ouvert une enquête sur la famille Krapunov pour suspicion de blanchiment d'argent. Tous leurs comptes au Crédit Suisse et Schroder & Co Bank AG ont été gelés, et toute leur documentation saisie.

Peut-être par crainte pour leur avenir, le clan Krapunov-Ablyazov a décidé de déménager à outre atlantique. Mais les autorités kazakhstanaises ont immédiatement déposé une plainte en Californie contre l'ancien maire, l'accusant d'avoir volé 300 millions $.

Selon le dossier, les enfants Krapunov avec leurs épouses ont utilisé les fonds détournés pour acheter des biens immobiliers dans la région de Los Angeles, dont 6,2 millions de dollars pour acheter une maison à Beverly Hills et  5,7 millions de dollars pour l'achat de deux acres de terre dans Studio-City. En outre, ils ont  acheté en leasing des voitures de luxe de marque Rolls Royce et Bentley.

Ayant eu de bons professeurs, il n'est pas surprenant qu'Ilyas Krapunov ait continué la tradition familiale en ouvrant une page personnelle sur le site web d'Interpol, dans la rubrique « Recherché ».

A 30 ans, Ilyas est suspecté d'avoir créé et géré un groupe criminel, participé à une organisation criminelle, ainsi que légalisé de l'argent ou d'autres biens acquis par des moyens illégaux.

"Interpol demande à toute personne qui possède des renseignements sur le lieu de résidence d'Ilyas Krapunov, d'entrer en contact avec leur bureau", a écrit l'organisation internationale de police sur son site web.

Toutefois, Interpol recherchait aussi ses parents, ce qui ne les empêchait de mener une vie active au grand jour  dans l'un des cantons suisses. Mais ceci est une interrogation pour les organismes européens chargés de l'application de la loi. Eut égard aux plaintes sérieuses existant à l'encontre de ces gens, l'indulgence n'est plus pardonnable. Il est nécessaire de faire quelque chose, ou d'extrader les personnes recherchées ou mener sa propre enquête. Il est nécessaire de donner une réponse claire à l'opinion publique européenne et de dissiper tout doute qui insinuerait que le vieux monde devient un paradis pour les oligarques, pour un investissement d'un million, des indulgences pardonnant tous les anciens péchés seraient prescrites.

Incident aérien militaire: les accusations de Washington sont «infondées»

 
(PÉKIN) Pékin a rejeté samedi comme «totalement infondées» les accusations du Pentagone selon lesquelles un avion de chasse chinois aurait dangereusement frôlé un appareil américain au large de la Chine, a rapporté l'agence de presse officielle Xinhua (Chine Nouvelle).
 
La Chine a répliqué en renvoyant la responsabilité d'éventuels incidents à la surveillance «fréquente et massive» de la Chine pratiquée par les forces américaines.
 
Le contre-amiral John Kirby, porte-parole du Pentagone, a déclaré vendredi qu'un chasseur chinois avait frôlé par trois fois mardi un appareil américain P8-Poseidon de surveillance maritime, s'approchant à moins de 10 mètres de l'avion américain et effectuant un tonneau afin d'exhiber ses armes, une manoeuvre qu'il a qualifiée de «très dangereuse».
 
Le ministre chinois de la Défense, Yang Yujun, a qualifié samedi ces allégations de «totalement infondées» et il s'en est pris aux opérations de surveillance de l'armée américaine à proximité des eaux territoriales chinoises.
 
Le ministre affirme, dans un communiqué cité samedi par Chine nouvelle, que le chasseur était à bonne distance de l'avion américain, intercepté au-dessus des eaux internationales à environ 220 kilomètres à l'est de l'île chinoise de Hainan, et qu'il a mené une opération de vérification normale.
En avril 2001, dans la même zone, une collision entre un avion EP-3 de la Marine américaine et un chasseur chinois avait causé la mort du pilote chinois et forcé l'appareil américain à atterrir d'urgence sur l'île de Hainan. L'équipage avait ensuite été détenu et interrogé.
 
Pour M. Yang, c'est «la surveillance rapprochée, massive et fréquente de la Chine» menée par les États-Unis qui menace la sécurité aérienne et maritime.
 
Cet incident, qui a ravivé la tension entre Pékin et Washington, illustre la rivalité croissante entre les deux puissances, alors que la Chine renforce sa capacité militaire et affirme ses ambitions territoriales dans le Pacifique.
L'évènement risque en outre de compromettre les efforts de Washington pour améliorer les relations militaires avec Pékin, alors que des responsables américains ont vanté les progrès accomplis pour établir le dialogue avec les hauts gradés de l'armée chinoise.
 
La souveraineté en mer de Chine orientale est un sujet de tension récurrent dans la région, Washington considérant qu'il s'agit d'un espace aérien et maritime international quand Pékin y voit une zone économique exclusive lui appartenant.
 
La Chine a d'ailleurs instauré unilatéralement le 23 novembre 2013 une zone aérienne d'identification sur une grande partie de cette mer située entre la Corée du Sud et Taïwan.
 
Deux semaines plus tard, un croiseur lance-missiles américain a failli entrer en collision avec un bâtiment de la Marine chinoise dans ces eaux internationales, chacun rejetant sur l'autre la responsabilité de l'incident.
 
Le 23/08/2014 sur www.lapresse.ca

Le pape François en Asie : le grand objectif stratégique du Vatican

 
Au fil de ses 11 discours en Corée, les dimensions sociales et sociétales chères au pape ne devraient pas être oubliées. Il devrait ainsi inviter l'Eglise, d'où provient une partie de la classe dirigeante, à rester proche des exclus.
L'Asie est un objectif stratégique de l'Eglise: le pape François entame en Corée du Sud son premier voyage sur le continent, va à la rencontre d'une Eglise minoritaire mais vivante, et aura en vue notamment la Chine. François sera du 13 au 19 août en Corée du Sud. Le motif officiel du voyage est sa participation aux Journées de la jeunesse catholique d'un continent où les catholiques ne sont que 3,2%, mais où leur nombre croît.
Il a choisi le pays où coexistent le plus de cultes: bouddhistes mais aussi évangélistes et pentecôtistes, en plein essor. 30% des Sud-Coréens sont chrétiens et 10% (5,3 millions) catholiques. La visite en Corée sera suivie dès janvier 2015 d'une autre au Sri Lanka et aux Philippines, le plus catholique des pays asiatiques. Aucun pape ne s'était rendu en Asie depuis 15 ans.
Quand le pape François se rêvait missionnaire au Japon
Et même si au Vatican on évite de parler de "priorité", l'Asie représente un "espace d'évangélisation". Quand il était jeune, Jorge Bergoglio rêvait de devenir missionnaire au Japon, où il admirait la résistance des catholiques clandestins ayant maintenu leur foi sans prêtres au XVIIIème et XIXème siècles.
Le pape, qui n'a encore annoncé aucun voyage en Afrique, s'intéresse en particulier à "l'inculturation" (imprégnation, ndlr) du christianisme dans les cultures asiatiques. Un de ses modèles est le jésuite italien Matteo Ricci (1552-1610), enterré à Pékin, apprécié de l'empereur de Chine, et évangélisateur de ce pays dans le respect de la culture locale.
Dimension sociale et réconciliation intercoréenne
Au fil de ses 11 discours en Corée, les dimensions sociales et sociétales chères au pape --pauvreté, corruption, mondialisation, avortement notamment-- ne devraient pas être oubliées. Il devrait inviter l'Eglise, d'où provient une partie de la classe dirigeante, à rester proche des exclus d'une croissance très rapide. "Aujourd'hui il y a le risque que l'Eglise apparaisse comme l'Eglise des riches pour les riches", a noté le missionnaire italien Vincenzo Bordo sur le site Vatican Insider.
D'autres accents de la visite seront l'hommage à la résistance d'une Eglise locale fondée par des laïcs lettrés --il béatifiera 124 martyrs de la première génération des catholiques coréens--, et une messe à Séoul pour la réconciliation des Coréens.
Mais la venue tant espérée de catholiques nord-coréens, une minorité contrôlée et persécutée, n'a pas été autorisée par Pyongyang. Certains Coréens auraient souhaité un déplacement du pape dans la zone démilitarisée sur le 18e parallèle mais rien n'est prévu en ce sens.
Les relations difficiles avec la Chine
Les spéculations les plus folles et infondées avaient circulé dans la presse asiatique: le pape irait en Corée du Nord et se rendrait même à Pékin pour rencontrer le président Xi Jinping, élu comme lui en 2013.
Le rapprochement avec la Chine communiste a été une priorité de Benoît XVI, puis de François, après des décennies de persécutions des chrétiens sous Mao. Le Vatican aimerait bien que se produise avec Pékin le dégel qui a marqué les relations avec le Vietnam communiste. Aujourd'hui l'Eglise vietnamienne, contrôlée et parfois persécutée, est très vivante.
Sur www.bfmtv.com le 13/08/2014

Cachemire - Sérieux accrochages entre l'Inde et le Pakistan

L'Inde et le Pakistan ont échangé des coups de feu dans la région disputée du Cachemire samedi, tuant deux civils de chaque côté de la frontière. Ce regain de violence survient quelques jours après un incident diplomatique qui a jeté un froid entre New Delhi et Islamabad.

Les deux grands rivaux d'Asie du sud s'accusent mutuellement d'avoir ouvert le feu en premier. L'escalade de la violence a atteint un rare niveau d'intensité à la frontière indo-pakistanaise, faisant quatre morts et plusieurs blessés dans la nuit de vendredi à samedi.

Un haut responsable de l'armée indienne a affirmé que le Pakistan avait ciblé 22 postes frontières et plusieurs villages avec des tirs de mortier. Un haut gradé pakistanais a déclaré de son côté que c'était les militaires indiens qui avaient lancé les hostilités en attaquant une ville frontalière.

New Delhi et Islamabad s'accusent régulièrement de violer le cessez-le-feu qu'ils ont signé en 2003. Ce nouveau conflit frontalier pourrait bien être le résultat de tensions récentes entre les deux frères ennemis. Mercredi dernier, l'Inde avait annulé des discussions prévues avec le Pakistan, fâchée que l'ambassadeur pakistanais en Inde soit allé rencontrer des leaders séparatistes du Cachemire. Cette région himalayenne est la cause de deux des trois guerres que se sont livrées l'Inde et le Pakistan depuis 1947.

Par Antoine Guinard sur www.rfi.fr le 24/08/2014

mardi 19 août 2014

Comment Moscou et Pékin vont évincer le dollar de leurs transactions

Moscou et Pékin facilitent leurs relations commerciales mutuelles sur fond de sanctions économiques. La Banque centrale de Russie et la Banque populaire de Chine se sont mises d'accord sur l'organisation des échanges financiers (des swaps) en roubles et en yuans. Il s'agit des transactions qui prévoient simultanément l'achat et la vente d'une monnaie en échange de la monnaie d'un autre pays.

Le projet d'accord sur les swaps a enfin été coordonné par les gouvernements des deux pays. Cependant la Banque centrale de Russie et la Banque populaire de la RPC n'ont fait aucun commentaire sur le volume éventuel des swaps en monnaies nationales. Et elles n'ont pas donné la date du lancement de ce programme. Pourtant, ce qui est évident, c'est que les deux pays vont faire tout leur possible pour ne pas s'entraîner dans des procédures formelles trop longues avant la signature de l'accord. Car les régulateurs ont déjà donné leur feu vert, ce qui permettra aux sociétés russes d'avoir accès au renminbi (yuan chinois). Quant à leurs partenaires chinois, ils auront également un accès direct au rouble russe.

Cet accord entre les régulateurs russe et chinois est également un signal pour les Etats-Unis, qui montre que la Russie et la Chine construisent un nouveau modèle de collaboration sur fond de sanctions, et ce modèle leur permettra de se passer du dollar américain.

« Le renforcement de la pression de la part des pays occidentaux sur la Russie suscite naturellement l'élargissement des relations financières et commerciales de Moscou avec d'autres pays, et en premier lieu avec les pays d'Asie », analyse Sergueï Khestanov, administrateur délégué du groupe de société Alor. « Un accord pour une durée de 30 ans sur la livraison du gaz russe en Chine a été conclu en mai dernier. Et après la signature de ce contrat, il est devenu évident que le vecteur des intérêts économiques de la Russie est en train de se déplacer progressivement des pays occidentaux vers les pays orientaux. Cela ne peut pas ne pas déplaire aux pays occidentaux ».

Les sanctions des pays occidentaux contre la Russie en raison de sa position sur l'Ukraine ont déjà fait remonter le pouvoir financier du yuan chinois auprès des sociétés russes, alors que la monnaie chinoise bénéficiait d'une grande confiance sur le marché financier. En juillet, le volume des transactions « yuan-rouble » a fait un bond de 52% comparé au mois de juin. Et le 31 juillet dernier le binôme yuan-rouble a montré le meilleur résultat de toute son histoire des cotations à la Bourse de Moscou. Selon le chercheur de l'Institut de l'économie mondiale et des relations internationales (IMEMO) de l'Académie des sciences de Russie Alexandre Salitski, cette tendance ne fera que s'atténuer à l'avenir.

« Nous allons devenir de plus en plus dépendants de la Chine», explique-t-il. « Il s'agit d'une tendance objective dans le développement de l'économie mondiale. La Chine est déjà une grande nation commerciale. Et la part des marchandises que nous allons acheter en Chine va inévitablement augmenter. En conséquence, notre part dans l'exportation des marchandises vers la Chine va augmenter aussi, notamment grâce aux contrats sur les hydrocarbures que nous avons signés. Il est donc important de prévoir que nos sociétés du complexe pétrolier et gazier puissent accepter les yuans pour les transactions commerciales réalisées avec la RPC. Peut-être que l'un des moyens d'accroître leur intérêt pour ce genre de transactions pourrait être la présence croissante de nos sociétés sur le marché intérieur chinois. Cela permettra d'accroître considérablement le volume des transactions en yuans et en roubles, faisant sortir de la circulation le dollar dans ce secteur de l'économie ».

Les experts soulignent que pour les États-Unis, les événements en Ukraine ne sont qu'un prétexte pour imposer des sanctions sur les livraisons d''équipement gazier et pétrolier vers la Russie. Leur objectif, c'est de redessiner la carte mondiale de l'énergie, où la Russie joue actuellement un rôle dominant. Mais Moscou pourrait répondre à ces sanctions en évinçant progressivement le dollar de ses transactions avec les hydrocarbures. Le règlement des ventes de gaz et de pétrole en monnaies nationales avec la Chine, l'Inde, l'Iran, la Turquie, et en roubles et euros avec l'Union européenne, priverait les Etats-Unis de ce levier monétaire qui leur permettait jusqu'à présent de faire pression sur la Russie. Et ce nouvel accord créera une nouvelle marge de manœuvre permettant de se débarrasser de l'hégémonie du dollar dans le monde.

Par Natalia Kacho le 16/08/2014 
Sur
http://french.ruvr.ru/2014_08_16/La-Russie-et-la-Chine-evinceront-le-dollar-en-menant-les-transactions-en-monnaies-nationales-0207/

jeudi 14 août 2014

Les États-Unis renonceraient à une opération d'évacuation des Yazidis


Une vingtaine de militaires américains ont effectué une mission de reconnaissance sur les monts Sinjar. Ils jugent que le nombre de personnes déplacées est moins important qu'estimé.
<a href="http://ww691.smartadserver.com/call/pubjumpi/42296/287301/18317/S/[timestamp]/?" target="_blank"> <img src="http://ww691.smartadserver.com/call/pubi/42296/287301/18317/S/[timestamp]/?" border="0" alt="" /></a>

Publicité
<a href="http://ww691.smartadserver.com/call/pubjumpi/42296/287301/19567/S/[timestamp]/?" target="_blank"> <img src="http://ww691.smartadserver.com/call/pubi/42296/287301/19567/S/[timestamp]/?" border="0" alt="" /> La perspective d'une évacuation américaine des Yazidis réfugiés sur les monts Sinjar pour échapper aux combattants islamiques s'éloigne. Une vingtaine de militaires américains ont effectué mercredi une mission de reconnaissance sur les monts irakiens et ont découvert une situation moins critique que ce qu'ils redoutaient. D'après le New York Times, les militaires américains ont compté moins de réfugiés Yazidis qu'annoncés, soit plusieurs milliers mais pas des dizaines de milliers, alors que leur nombre était jusqu'à présent évalué par l'ONU à entre 20 et 30.000. Leur état de santé serait «relativement bon».

«Les frappes américaines, l'action des combattants kurdes, les largages d'aide humanitaire ont permis à des milliers de réfugiés de quitter chaque nuit la montagne, ces derniers jours», a déclaré un porte-parole du Pentagone qui estimerait, selon le journal, que le siège du Sinjar est levé. En outre, plusieurs Yazidis auraient expliqué aux Américains qu'ils consideraient la montagne comme leur maison et ne voulaient pas en partir. Une opération d'évacuation est donc devenue «beaucoup moins probable».

Les militaires américains envoyés en reconnaissance appartiennent aux Bérets verts, une force spécialisée dans la formation et le conseil des armées locales. Ils sont retournés à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, où se trouve une centaine de conseillers militaires. Ces derniers étudient toutes les options possibles qui impliquent étroitement les forces kurdes présentes sur le terrain. Barack Obama a répété ne pas vouloir engager de soldats américains en Irak. Parmi les scénarios d'évacuations évoqués figuraient l'établissement d'un corridor humanitaire terrestre garanti par les forces kurdes, l'envoi d'avions américains Ospreys ou une action des Kurdes appuyés par des hommes des forces spéciales américaines.

La Maison-Blanche fait pression sur l'ex-premier ministre
Le New York Times note que la hâte américaine à déclarer la fin de l'état de siège au Sinjar, qui enlève une épine du pied à l'administration Obama, pourrait surprendre et «consterner» la communauté internationale. Impliqués pour la première fois militairement en Irak depuis le retrait de leurs troupes fin 2011, les Etats-Unis mènent depuis vendredi des frappes dans le Kurdistan autonome sur les positions des djihadistes de l'Etat islamique (EI), accusés de persécuter les minorités, de mener des exécutions sommaires et des viols. Un drone a encore détruit mercredi un véhicule armé islamiste près de Sinjar.

Après les Etats-Unis, la France a annoncé qu'elle livrerait des «armes sophistiquées» aux forces kurdes dans les prochaines heures. RTL parle de missiles antichars et de mortiers et d'équipement (casques, gilets, radios, batteries et jumelles de vision nocturne). Londres a dit qu'elle acheminerait celles de pays tiers. L'Allemagne quant à elle envisage la fourniture de moyens militaires non létaux.

Sur le plan politique, l'Irak reste en crise. Le premier ministre désigné Haïdar al-Abadi, qui a obtenu un soutien international massif, s'emploie à former un gouvernement d'union appelé à rassembler toutes les forces politiques. Son prédécesseur Maliki qui refuse de quitter le pouvoir, même s'il a été lâché par ses alliés, maintient son gouvernement en attendant la décision de la Cour fédérale.Il ne cesse de répéter qu'il a la légitimité pour un 3e mandat, après l'arrivée en tête de sa coalition aux législatives d'avril. La Maison-Blanche a appelé Nouri al Maliki à céder la place pour permettre à son successeur de «rassembler le pays».

Le 14/08/2014 sur www.lefigaro.fr