jeudi 31 juillet 2014

Dr Shoraz / Mr Alyev, le Dr Jekill des temps modernes

C'est un polar, presque un horrible thriller, que beaucoup appelle l'enquête du soi-disant docteur Shoraz. Ce personnage est l'un des nombreux étrangers qui cherchaient une protection en Europe, afin d'essayer d'échapper à des poursuites judiciaires. Il était l'un de ceux qui ont le mieux réussi.

Pourquoi tout ceci est dit au passé ? Sans doute parce que ce monsieur a récemment changé d'habitation, au lieu d'une villa confortable à Malte, il a obtenu une chambre confortable dans la prison de Josefstadt en Autriche et le tribunal régional de Vienne a à plusieurs reprises pris la décision de prolonger sa période de détention. Malgré leurs tentatives, les avocats du docteur Shoraz ne sont pas arrivé à obtenir sa libération sous caution. Les allégations portées contre cet homme sont trop graves.

La justice autrichienne a une bonne raison de croire qu'ils ont affaire à un tueur Selon les éléments de l'enquête pénale, Shoraz et ses sbires ont tué deux hommes d'affaires en les gavant de médicaments psychotropes, en les étouffant, puis en cachant les corps dans des barriques de chaux. Les tonneaux ont été enterrés dans une zone isolée. Le but de ces meurtres est banal : la cupidité. Les victimes ont été torturées. Ils étaient obligé de signer des documents léguant les parts de leur sociétés et ensuite il se sont tout simplement débarrassés des dangereux témoins.

Dans le lointain Kazakhstan où s'est déroulée la tragédie, le Dr Shoraz est connu sous le nom de Rakhat Aliyev. Il était un haut fonctionnaire et homme d'affaires qui manifestement n'a  écarté aucun moyens pour s'enrichir. Et quand finalement il a fui le pays, sa fortune personnelle s'élevait à plusieurs millions de dollars. Cependant, il a commis des crimes en série dont celui abordé plus tôt ne constitue qu'un des épisodes pour lequel le tribunal kazakhstanais l'a condamné par contumace à 40 ans de prison.

Mais l'Europe est la citadelle de la démocratie. Tout réfugié, même s'il est vraiment coupable, bénéficie de la présomption d'innocence. Nous ne devrions pas ignorer non plus le fait qu'Aliyev fait parti des personnes super-riches, et qu'il est toujours plus facile pour les oligarques de contourner la loi.

On peut noter que le Docteur Shoraz a fui le Kazakhstan en 2007, et n'a obtenu une sentence d'emprisonnement que sept ans plus tard. Naturellement, la question se pose s'il existe des raisons d'accuser Aliyev d'assassinat. Pourquoi n'a t-il pas été directement pris des mesures globales pour que l'enquête soit complète ? Qu'a t-il été attendu toutes ces années de la part de la justice autrichienne ?

Comme l'ont expliqué les juristes, le Kazakhstan avait jusqu'en 2011 demandé l'extradition d'Aliyev, mais elle lui a été refusé. L'oligarque a apparemment célébré sa victoire, mais n'a pas considéré que, conformément aux accords internationaux, si l'Autriche a refusé l'extradition, elle doit mener sa propre enquête. Le fait que le docteur Shoraz ait été envoyé en prison en dit beaucoup. Après avoir mené une enquête laborieuse pendant trois ans, étudié de nombreux faits et interviewé plus d'une centaine de témoins, attiré des experts haut de gamme afin d'évaluer les éléments de preuve disponibles, le procureur de Vienne a émis un mandat d'arrêt européen contre l'oligarque. Et on ne peut pas être dit que cela est irréfléchi. D'autant plus que la Cour a prolongé la garde à vue d'Aliyev alias Shoraz et a confirmé de facto la validité de ses conclusions.

Il est clair que les avocats de l'accusé continuent à s'en tenir à leur ligne de défense, estimant que la poursuite est motivée politiquement et voyant partout  des mensonges et des fraudes. Selon eux, Aliyev est victime de persécutions politiques, en tant que membre de l'opposition et toutes les preuves ont été falsifiées. Cependant, il faut dire qu'au nom du bureau du procureur de Vienne, le bureau de la police criminelle fédérale a mené une enquête approfondie comprenant des éléments provenant du Kazakhstan, a établi la décision écrite suivante : "il était raisonnablement prévisible qu'il n'existe pas d'accusations forgées de toutes pièces par les autorités du Kazakhstan contre Aliyev et ses complices."

La stratégie d'Aliyev et de ses nombreux conseillers est extrêmement simple : ils créent un mirage qui est appelé la théorie du complot. Cette défense est basée sur des théories de conspirations qui ne supportent pas la moindre critique. Quel genre de membre de l'opposition Aliyev est-il ? Il suffit de mentionner son dernier poste pour le comprendre, il était à la tête de la diplomatie du Kazakhstan en Autriche.

Généralement, les membres de l'opposition fuient leur pays natal parce qu'il sont en confrontation dure avec les autorités de leur pays. Aliyev a quitté son pays pour d'autres raisons, il était juste un voyou. Il n'a pas créé un parti, il ne s'est pas battu pour la démocratie. Il ne s'est compté dans l'opposition qu'après avoir été sérieusement mis en cause par la justice du Kazakhstan.

Donc l'emprisonnement est le résultat naturel pour les sept années de confrontation de l'oligarque avec la justice et il ne peut même pas espérer sortir de prison sous caution. Les avocats utilisent des tactiques différentes pour sauver le Dr Shoraz, mais en vain. Ce qui est drôle, c'est qu'ils ont même réussi à en faire une victime du monde criminel. Il est prétendument insulté en prison. Les média rapportent qu'il "a été attaqué et agressé".

Selon les paroles d'Aliyev, il a été volé et est victime de chantage, ce qui lui a valu d'être mis dans une cellule individuelle a rapporté le journal Der Falter. En conséquence, il a du donner quelques milliers d'euros aux maîtres chanteurs. A la suite de cela, Aliyev a été transféré dans une cellule pour deux. Il n'était pas envisagé de faire un transfert dans une cellule individuelle car, selon le journal, Aliyev pourrait se suicider.

Il faut dire que l'information dans les média est très contradictoire. Tout d'abord, dans le monde du crime, faire payer une paire de millier d'euros ne suffit pas. C'est un fait. D'autre part, il semble que la possibilité d'un suicide soit absurde.

Qu'est-ce qui empêche Aliyev de se suicider dans unecellule double, s'il décide de prendre cette décision? Rien. Par ailleurs, selon  les média, l'oligarques a été volé par ses codétenus de plusieurs T-shirts et une ceinture. La ceinture est le principal instrument de suicide dans les prisons. Comment ce fait se recoupe aux informations sur les menaces de suicide ?

Donc  il se pose encore de nombreuses questions. On a l'impression que les avocats d'Aliyev appuient simplement sur la pitié du public, et jouent sur les émotions.

Est-ce que cela va l'aider ? Alors que les partisans d'Aliyev excellent dans le choix de la stratégie et de la tactique, la base de preuves et la probabilité de l'implication de cet homme dans les meurtres prend de l'ampleur. En termes juridiques, il existe de "graves soupçons". L'une des raisons pour lesquelles l'oligarque reste derrière les barreaux est la crainte qu'il ne s'enfuit et qu'il ne soit en mesure d'exercer des pressions sur les témoins.

Donc tout est pris très au sérieux. Il reste à attendre le jugement afin de mettre un point final à cette histoire scandaleuse.

Aucun commentaire: