dimanche 24 août 2014

La synergie criminelle des familles Ablyazov et Khrapunov

« L'argent pour faire du business m'a été donné par ma mère », a ainsi déclaré il y a quelque temps dans une interview, un homme d'affaires de Suisse, Elias Krapunov. Et aujourd'hui, il est recherché par Interpol. Voici une carrière fulgurante. Du fils à maman au fils majeur, il se développe depuis quelques années en bon leader d'un groupe criminel, et pour cela, un talent spécial est nécessaire.

D'autre part, il est possible de dire qu'Ilyas a de la chance avec ses professeurs. L'argent qui lui a été donné par sa mère, qui se fait appeler une femme d'affaires à succès, avait été volé sur le budget de la ville d'Alma-Ata (Kazakhstan) avec l'aide de son père, qui, dans cette ville kazakhe était le maire.

L'oligarque fugitif Mukhtar Ablyazov a apporté une grande contribution à la formation de la personnalité d'Ilyas, dont la fille épousa ce garçon à la fois calme et timide. Mukhtar Ablyazov, un personnage connu dans le monde des criminels "en col blanc", est devenu son gourou financier pour l'aider au bon moment avec de bons conseils et de l'argent. Il est habile comme un poisson dans l'eau d'un ruisseau boueux. Avant de partir à Londres avec succès, le beau-père a montré à son gendre des exercices de haute voltige pour détourner via des sociétés offshore des actifs d'une valeur de plusieurs milliards de KZT, de la banque kazakhstanaise "BTA Bank".

Les parents d'Ilyas Krapunov (le père Victor, fonctionnaire et la mère Leila, femme d'affaires) se sont rendu en Suisse. Les  beaux-parents d'Ilyas ont eu du flair. Ils ont quitté le Kazakhstan peu avant l'ouverture de poursuites pénales.

Il est intéressant de constater que les forfaits des familles Ablyazov et Krapunov sont déroulé dans la même période (2008 et 2009) et que la ligne de défense qu'ils ont choisi contre d'éventuelles poursuites est identique. Malgré que le Kazakhstan ait condamné par contumace ces personnes à de longues peines de prison, puis les a inscrit sur la liste internationale des personnes recherchées par Interpol, la justice était impuissante. Puis, la politique est entré dans ces affaires.

Tout a commencé avec Ablyazov qui a reçu l'asile politique au Royaume-Uni. Visionnaire imaginatif, il a conçu une réalité virtuelle qui n'a rien à voir avec la réalité au Kazakhstan. Dans cette réalité, il se voit attribuer le rôle d'un leader politique national en exil, poursuivi par les autorités qui fabriquent des affaires criminelles pour se débarrasser d'un concurrent.

Comprenant que le mensonge est plus grave que les armes, Ablyazov  s'est lancé dans une guerre active de l'information. Et le plus intéressant est qu'au tout début, tout le monde a cru en lui.

Les anglais ont fini par ouvrir les yeux. Mais plus tard. Le procès de la « BTA Bank » a permis d'enlever les lunettes roses et a prouvé la culpabilité d'Ablyazov dans le vol de milliards de dollars. Cette affaire, longue et extrêmement complexe a été bel et bien perdu par l'oligarque. C'est à ce moment que les anglais se sont demandé pourquoi ils avaient couvert un criminel. En conséquence, dans le cadre d'une procédure civile, Ablyazov a été condamné à 22 mois de prison pour mensonges et entrave à la justice.

Après quoi, même les Britanniques sont devenus mauvais à l'encontre d'Ablyazov, lequel a de nouveau changé de lieu de résidence. En passant par une existence souterraine, il a accusé la Haute Cour de Londres de  son engagement politique avec Astana, de collusion et de corruption. C'est un comportement  habituel de sa part. Son éloquence ne s'est pas arrêtée, même après avoir été arrêté dans sa maison sur la Côte d'Azur et emprisonné en France. A partir de là, il a communiqué dans le monde entier sur le viol de ses droits et l'arbitraire du jugement. Aujourd'hui, se pose la question de l'extradition de ce délinquant. Par ailleurs, la Grande-Bretagne l'a même privé de son statut de réfugié politique.

La Famille Krapunov se comporta d'abord tranquillement. Victor Krapunov, adoptant le comportement d'un humble serviteur du peuple pense ainsi : vole, part, et merci à Dieu, ce n'est pas la peine de réveiller le chat qui dort ! Mais la guerre de l'information d'Ablyazov est comme le foyer d'une locomotive à vapeur, insatiable de bois de chauffage. Et Victor Krapunov est devenu un de ces morceaux de bois si bien qu'aujourd'hui, après l'arrestation de Ablyazov les braises couvent encore et l'environnement politique n'est pas propice à le protéger. Leila contribue également à la création d'un écran de fumée pour aider à éviter les yeux de l'opinion publique européenne. Pendant ce temps, les nuages sur le clan ​​Krapunov se rassemblent.

Il y a quelque temps, le bureau du procureur de Genève a ouvert une enquête sur la famille Krapunov pour suspicion de blanchiment d'argent. Tous leurs comptes au Crédit Suisse et Schroder & Co Bank AG ont été gelés, et toute leur documentation saisie.

Peut-être par crainte pour leur avenir, le clan Krapunov-Ablyazov a décidé de déménager à outre atlantique. Mais les autorités kazakhstanaises ont immédiatement déposé une plainte en Californie contre l'ancien maire, l'accusant d'avoir volé 300 millions $.

Selon le dossier, les enfants Krapunov avec leurs épouses ont utilisé les fonds détournés pour acheter des biens immobiliers dans la région de Los Angeles, dont 6,2 millions de dollars pour acheter une maison à Beverly Hills et  5,7 millions de dollars pour l'achat de deux acres de terre dans Studio-City. En outre, ils ont  acheté en leasing des voitures de luxe de marque Rolls Royce et Bentley.

Ayant eu de bons professeurs, il n'est pas surprenant qu'Ilyas Krapunov ait continué la tradition familiale en ouvrant une page personnelle sur le site web d'Interpol, dans la rubrique « Recherché ».

A 30 ans, Ilyas est suspecté d'avoir créé et géré un groupe criminel, participé à une organisation criminelle, ainsi que légalisé de l'argent ou d'autres biens acquis par des moyens illégaux.

"Interpol demande à toute personne qui possède des renseignements sur le lieu de résidence d'Ilyas Krapunov, d'entrer en contact avec leur bureau", a écrit l'organisation internationale de police sur son site web.

Toutefois, Interpol recherchait aussi ses parents, ce qui ne les empêchait de mener une vie active au grand jour  dans l'un des cantons suisses. Mais ceci est une interrogation pour les organismes européens chargés de l'application de la loi. Eut égard aux plaintes sérieuses existant à l'encontre de ces gens, l'indulgence n'est plus pardonnable. Il est nécessaire de faire quelque chose, ou d'extrader les personnes recherchées ou mener sa propre enquête. Il est nécessaire de donner une réponse claire à l'opinion publique européenne et de dissiper tout doute qui insinuerait que le vieux monde devient un paradis pour les oligarques, pour un investissement d'un million, des indulgences pardonnant tous les anciens péchés seraient prescrites.

Aucun commentaire: