dimanche 26 octobre 2014

"Dialogue Ouvert", une fondation pseudo démocratique ?

Au sein de l'UE, une organisation gagne en force, le Vieux Monde nous entraine dans une nouvelle période de confrontation basée sur une fracture géopolitique Est/Ouest.

Tout le monde ne sait pas que le «troisième secteur» a longtemps été transformé en une arme idéologique puissante capable de gérer l'opinion publique, d'influencer les structures de pouvoir des État et leurs décisions. Ceci est un élément important du processus démocratique. Cependant, comme dans tout autre domaine, il devrait y avoir des règles clairement énoncées et des limites définies, qui devraient être lourdes de conséquences si elles étaient transgressées.

Dans ce contexte, je voudrais analyser certains aspects de la fondation "Dialogue ouvert", basé à Varsovie.

Les objectifs de cette organisation de défense des droits est de soutenir le processus de démocratisation et de libéralisation de l'ex-Union soviétique. Ce but est noble et complexe. Cependant, les méthodes rappellent la propagande stalinienne.

Dites-moi la différence entre une société totalitaire et démocratique? Tout d'abord, la capacité d'être objectif. La fondation "Dialogue ouvert" est une fondation privée de qualité supérieure. Pour les employés de la fondation il n'y a que deux couleurs, le noir et le blanc. Le blanc , ce sont les États-Unis et l'Europe, le noir, c'est le reste du monde. L'égocentrisme européen dans les activités de cette organisation le conduit à employer  des méthodes extrêmes et totalement inacceptables qui provoquent le rejet compréhensible de la majorité de la population de ces pays que la fondation cherche à démocratiser.

Par exemple, comment est-il possible de comprendre que l'une des priorités du fonds de la protection de l'oligarque fugitif kazakh Ablyazov. Rappelons pour ceux qui ne le savent pas, que cet homme est maintenant en prison en France sur des accusations de fraude et de détournement de milliards de dollars. Une première question vient à l'esprit, l'oligarque ne peut-il pas se défendre en utilisant les services des meilleurs avocats en Europe ? Au lieu d'aider les gens qui ont vraiment besoin d'aide, la fondation des droits de l'homme gaspille ses ressources pour soutenir ce "sac d'argent". Cela ne devrait-il pas provoquer chez certains de la suspicion contre cet homme d'affaires arrêté pour vol.

L'affiliation de la fondation avec le ténébreux milliardaire en dit long. Les employés de "Dialogue ouvert" interprètent sans vergogne les faits, en exposant leur client dans une lumière très favorable. Cet homme apparaît dans l'image d'une noble figure de l'opposition qui a été forcé de fuir le Kazakhstan pour des raisons politiques. Après quoi, il a été condamné dans son pays natal et recherché par Interpol.

"Dialogue ouvert" ne croit pas les opposants ni même écoute leurs besoins. Par conséquent, les faits révélés au cours de l'enquête au Kazakhstan et énoncés dans une affaire criminelle en plusieurs volumes sont considérés comme de la jonglerie, et les témoignages comme des mensonges nécessairement obtenus sous la pression, selon l'avis du Fonds. Selon "Dialogue ouvert", les autres pays qui ont accusé Ablyazov de fraude, suivent  les pas des autorités kazakhes. En particulier la Russie, qui demande l'extradition de l'oligarque.

Cependant, les faits sont nombreux. Et ces faits sont de la plus haute qualité européenne. Par exemple, la Haute Cour de Londres a effectivement confirmé la culpabilité de l' oligarque kazakh dans le vol d'actif de la "BTA Bank". Cette information peut être très facile à vérifier. Le Tribunal anglais a trouvé que l'ancien banquier Ablyazov est l'organisateur d'un système frauduleux, qui a abouti en 2009, à la perte de 400 millions de dollars titres par la banque. Ils étaient dans des sociétés offshore, qui étaient dirigés par le beau-frère d'Ablyazov, Cirim Shalabayev. Mais ceci est seulement l'une des étapes de la procédure.

Par ailleurs, pourquoi le fonds est silencieux sur Ablyazov, qui se trouve actuellement en prison en France, et qui en fait, devrait être en prison en Angleterre ? La procédure judiciaire relative à la plainte de la "BTA Bank" contre l'oligarque fugitif, a révélé les traces qui ont confondus Ablyazov qui a dissimulé les avoirs, ce pourquoi la Haute Cour de Londres l'a condamné à 22 mois de prison. Pourquoi les défenseurs de ce monsieur sont restés silencieux après la fuite d'Ablyazov vers la France, où il a ensuite été arrêté par Interpol?

Cependant, Ablyazov n'est qu'une partie du problème qui caractérise la politique de la fondation qui n'a pas encore révélé son principal caractère déstabilisateur. Mais le plus important est que «Dialogue ouvert» est devenu une arme dans la guerre de l'information, qui vise à attirer de nouvelles lignes de division entre l'Est et l'Ouest. Elle dit qu'elle n'est pas dans une logique de dialogue, mais dans une logique de confrontation.

Ce qui est intéressant, c'est que cette déclaration a été faite pare les défenseurs d'Ablyazov. Puisque les agents d'Interpol l'ont arrêté à la demande de la Russie, la fondation «Dialogue ouvert» appelle aujourd'hui à une réforme de l'Organisation internationale de police criminelle, afin que la Russie, ou tout autre "pays antipathique" non-européen et ne puisse plus utiliser les mécanismes de cette organisation.

La position de la fondation est la suivante : «À l'heure actuelle, le système d'Interpol n'est pas transparent, et en se basant sur le principe de la bonne foi, il laisse trop de place aux manœuvres de pays les droits civils fondamentaux ne sont pas pertinents ou n'ont pas de sens."

On aurait pu penser que le rôle de « Dialogue ouvert » est d'essayer de comprendre l'autre, de convaincre l'adversaire de leur cause sans l'usage de la force. Mais non, elle n'a rien de moins qu'une approche autoritaire, déguisée en beaux slogans démocratiques, ou pire encore, qui rappelle l'extrémisme.

La fondation ne recherche pas la compréhension entre les adversaires. Son but, semble t-il, est tout à fait différent : chercher querelle, mettre de l'huile sur le feuoù couvent déjà des contradictions. Est-il besoin d'un exemple ? Rappelons l'arrivée de députés polonais au Kazakhstan préparée par le personnel de cette fondation. Tout a été fait pour que les représentants de la Diète voient et entendent les hostilités que les organisateurs ont préparé au Kazakhstan.

Ajoutons qu'en résultat du voyage, « Dialogue Ouvert » a ironiquement rapporté le refus de représentants des autorités kazakhes de rencontrer les députés polonais, les accusant de pratiquer une politique de l'autruche. Cette déclaration semblait controversé, car il ne correspond pas à l'image que l'on se fait du Kazakhstan. Ce pays est toujours très ouvert. Qu'est-il arrivé? Il est avéré que «Dialogue ouvert» a menti.

Selon les députés de la Diète polonaise, Tomasz Makowski et Malgorzata Marcinkiewicz voulaient rencontrer leur confrères du Parlement du Kazakhstan. Mais le voyage a été organisé à la dernière minute, mais les informations sur le programme de la visite devaient être donné à l'avance, comme cela est de coutume dans la pratique diplomatique. Les députés polonais disent que la faute de ce malentendu leur incombe car ils n'ont pas informés à temps la partie kazakhe de leurs plans.

Mais il semble que la faute revient à « Dialogue ouvert ». En tant qu'organisateurs, ils avaient les moyens de tout faire dans les temps, mais apparemment n'en avaient pas vraiment l'envie. Leur tâche était de montrer un autre Kazakhstan, pas celui qui est  réel.

Et lorsque les ONG kazakhes, à leur tour, se sont rebellées et ont envoyé une lettre au Président de la Pologne, qui se réfère à l'attitude de «Dialogue ouvert», les membres de la fondation des droits de l'homme ont insulté leurs confrères du Kazakhstan. Ils ont exprimé des doutes selon lesquels en général, la société civile kazakhstanaise n'est pas en mesure d'exprimer son propre point de vue, parce qu'elle a été zombifiée par le pouvoir. Cependant, parmi les signataires kazakhstanais, se trouvaient  40 organisations non gouvernementales différentes, et des gens honorés et respectés.

Ces exemples de l'approche biaisée et déformée de la réalité, zombifient énormément le public européen. Prenez également l'Ukraine. Il est difficile de comprendre comment plutôt que d'aider les gens ordinaires touchés par la crise militaire et politique dans le pays, une telle fondation fournisse des casques, des gilets pare-balles et du matériel militaire à l'armée. Les personnels de la Fondation ont été très malheureux quand les douaniers polonais ont interdit à l'expédition de passer la frontière.

La conclusion est évidente , "Dialogue ouvert" n'a pas été créé pour aider les gens ordinaires. C'est essentiellement une organisation extrémiste, qui est imprégné d'une mentalité de bloc issue de la guerre froide. Et si il y a des gens qui poussent obstinément les peuples de l'Eurasie à une nouvelle guerre totale, consciemment ou inconsciemment, "Dialogue ouvert" les aide en cela par tous les moyens.

Y a-t-il besoin de tels démocrates en Europe? Peut-être il est temps de penser à ce sujet.

Aucun commentaire: