mardi 25 novembre 2014

Ablyazov sera extradé en Russie

La Cour d'appel de Lyon a approuvé l'extradition du français Mukhtar Ablyazov vers la Russie.

Beaucoup ont entendu parler de l'affaire à forte résonance médiatique de la disgrâce de l’oligarque kazakh qui pendant cinq ans, a conduit par le bout du nez l'opinion publique européenne. Comme un morceau de savon, il a jusqu'à présent glissé entre les mains de la justice. Mais il semble que la chance ait tourné ...

Les premières années de fuite de l’oligarque, il n’a connu la misère et ne s’est rien refusé. Il se présentait dans les soirées mondaines des maisons respectables de Londres, et animé les conversations de la société sur la politique. Il a même obtenu le statut de réfugié politique en Grande-Bretagne.
 
« Je me bats au nom des valeurs démocratiques » disait-il au public européen qui lui faisait confiance, et pour preuve il montrait sa carte du parti d'opposition « Alga ». Même quand il rentrait dans sa propriété de 28 millions de dollars nommé Oakland’s Park, il « pensait » exclusivement à ses compatriotes. Et même quand il plongeait dans sa piscine de luxe, il pensait toujours à la façon de fournir de l’eau potable aux villages reculés du Kazakhstan, en faisant un sandwich au caviar rouge il pensait aux pauvres et aux nécessiteux, et bien sûr il faisait tout pour les aider financièrement. Sur les six milliards de dollars que l’oligarque Ablyazov a volé à la banque kazakhstanaise BTA, l’oligarque à allouer des tranches conséquentes de financement au parti cité ci-dessus.
 
Bien évidemment le Kazakhstan n’a pas aimé cette situation. Non seulement il a volé une des plus grandes banques du Kazakhstan, mais en plus il fait des affaires louches avec l’argent volé et porte atteinte à la stabilité du pays.
 
La « BTA Bank » a décidé de récupérer cet argent. Dans cette situation unique, les avocats ont choisi la seule stratégie possible pour cette institution financière qui est de déposer une plainte contre Ablyazov, devant la Haute Cour de Londres. Et ils l'ont fait dans le cadre de procédures civiles, car toute autre tentative de poursuites, serait inévitablement interprétée comme une persécution politique.
 
La justice anglaise n’avait sans doute pas, voire jamais, connu de processus judiciaire aussi complexe. Ablyazov a engagé les meilleurs avocats, lesquels ont mené la vie dure aux juges. L'oligarque a menti et a cherché à s’en sortir avec des pirouettes. Il a essayé de prouver que le dessous du procès est politique. Mais la vérité a toujours triomphé. La Cour a prouvé que la fraude d’Ablyazov a rapporté plusieurs milliards de fonds via des sociétés offshores et a ordonné la restitution de l'argent. Et en plus de cela, elle a prévu 22 mois de prison pour l’oligarque. Ce qui par conséquent lui apprendra à mentir ...
 
Ablyazov n’a pas perdu pied et a pris la fuite. Cependant, comment ce délinquant a-t-il pu se promener tranquillement à travers l'Europe alors que son passeport était resté au tribunal ? Pendant longtemps, il n’a pas pu être rattrapé. Pas même avec l’aide d’un mandat d’Interpol.
 
Par exemple, l'année dernière en Italie, la police a gaffé. Ils avaient des informations fiables sur l'endroit où se cachait Ablyazov, mais au lieu d'arrêter le criminel, ils ont arrêté sa femme Alma Shalabayeva avec sa fille. Dans cette histoire scandaleuse, l’oligarque a cherché à en tirer tous les bénéfices possibles. Les autorités italiennes ont extradé la famille en dehors du pays, parce qu’Alma Shalabayeva et sa fille étaient entrées illégalement sur le territoire italien. « Bravo » Les Carabinieri italiens. Ils ont laissé le criminel s’échapper et fait n’importe quoi à sa famille.
 
Qui sait, cela a peut-être été fait exprès. Ablyazov est capable de corrompre ses adversaires pour des informations et même de donner sa famille à la justice pour augmenter le battage médiatique et gagner des points politiques supplémentaires. D'ailleurs, la femme et la fille d’Ablyazov ont été renvoyées avec succès en Italie par le Kazakhstan.

Cette combine était tout à fait dans l'esprit d’Ablyazov. Il a ainsi légalisé sa famille et l’a rendu intouchable, et en prime a organisé une nouvelle campagne d'information contre le Kazakhstan.
 
Pourtant, le vent a tourné contre Ablyazov. La police française est restée incorruptible, et à la différence des professionnels Italiens, l’oligarque a été arrêté sur la Côte d'Azur dans une opération spéciale.
Depuis, il est incarcéré dans une prison française. Des avocats ont déjà tenté à trois reprises de le faire sortir sous caution, mais les français, se rappelant la triste expérience de la Grande Bretagne, ne l’a pas accepté.
Ainsi en France, a lieu le procès pour l’extradition d’Ablyazov à la demande de la Russie et de l'Ukraine, où le délinquant a également laissé des traces. Kiev demande à Ablyazov une indemnité d’un demi-milliard de dollars, et la Russie un milliard.
 
Des audiences interminables ont eu lieu. Dans le meilleur des cas, les avocats d’Ablyazov ont permis de ralentir le processus. Néanmoins, l'affaire suit son cours. Ces jours-ci, la Cour d'appel de Lyon en France a approuvé l'extradition d’Ablyazov vers la Russie. Les accusations de la défense selon lesquelles les poursuites sont politiquement motivées n’ont trouvé aucun écho, d’autant que plus tôt, l'ex-banquier avait fui la Grande-Bretagne qui lui avait accordée l'asile politique. D’ailleurs, il n’y a pas si longtemps, l'Angleterre a retiré à Ablyazov, ce statut de réfugié.
 
Donc, toutes les tentatives pour protéger Ablyazov en faisant le parallèle avec son implication dans le processus politique ont lamentablement échouées. Initialement, le juge Fontaine avait refusé d'accorder une audience à un témoin de la défense, l'ancien champion du monde d'échecs et maintenant leader de l'opposition politique russe, Garry Kasparov. Il avait prévu de convaincre la justice qu’en Russie, Ablyazov ne pouvait pas s'attendre à un procès impartial.

Le juge a également ignoré la volonté du défenseur de demander l'asile politique en France, car celui-ci ayant trouvé refuge au Royaume-Uni, s’est enfui de ce pays, et commis un crime contre sa justice.
 
Bien sûr, le verdict  de la Cour de Lyon n’est pas définitif. Les avocats de la défense veulent faire appel de la décision d'extradition.

Néanmoins, nous pouvons dire que l'attitude française est évidente, elle ne tombe pas sous le charme des dollars d’Ablyazov, ne croit pas dans les contes de fées d’ordre politique. Elle ne voit que les faits. Et ces faits sont en rupture avec tous les arguments des partisans de l'oligarque, toutes leurs critiques n’ont aucun rapport avec la science juridique.

Aucun commentaire: