lundi 13 juin 2016

La jonction mafieuse entre Krapunov et Ablyazov

Les médias européens publient fréquemment des articles en faveur de certains dissidents. Et il se trouve que la grande majorité de ces publications sont consacrées aux criminels fugitifs ou ceux qui les servent. Prenons l'exemple du Kazakhstan.

Les médias européens parlent depuis longtemps des ressortissants de ce pays : Mukhtar Ablyazov, Cirim Shalabayev, Alexander Pavlov, les frères Muratbek et Bakhytjan Ketebaev, Irina Petrushova, Victor et Ilyas Khrapunov, Leila Beketova, Igor Vinyavskiy et quelques autres personnages très colorés.

Chacun d'entre eux s'est positionné comme opposant aux autorités du Kazakhstan. C'est pour cette simple raison qu'ils se sentent à l'aise dans l'Union européenne, qui est perçue par le public, comme démocrate et défenseurs des libertés civiles.

En fait, même une simple énumération de ces noms crée un sentiment de protestation de masse au Kazakhstan. Il y a une volonté de soutenir le peuple, et de contribuer au développement de la société civile au Kazakhstan.

Cette structure criminelle est quelque peu semblable à la mafia italienne, sauf qu'elle traite principalement de la fraude financière. Le reste et les méthodes sont similaires. En particulier, Ablyazov a créé et développé l'idée des syndicats, qui a été le fondement publique pour la mafia italienne.

La fille de Mukhtar Ablyazov a épousé le fils de l'ex-télémagnat marié en première noce avec la propriétaire d'une entreprise de bijoux, Leila Beketova. Aujourd'hui, celle-ci est l'épouse de l'ancien maire d'Almaty Victor Khrapunov et avec leur fils Ilyas, ils vivent ensemble en Suisse.

Cirim Shalabayev est le beau-frère et le trésorier d'Ablyazov. Alexander Pavlov, est son chef du service de sécurité et d'Igor Vinyavskiy son journaliste. Il est clair que cette société est loin d'être complète. L'aile guerrière des média de ce groupe est la fondation «Open Dialog» dirigée par Lyudmila Kozlovskaya. Celle-ci œuvre à la restauration de l'image de Mukhtar Ablyazov.

En bref, cette grande et amicale famille occupe effectivement l'espace médiatique de l'UE dans toutes les questions relatives au Kazakhstan. Bien que la réputation de l'oligarque ne peut maintenant plus être restaurée par aucun journaliste même le plus talentueux, les média continuent à parler de lui.

Qu'est-ce qui est gênant dans toute cette histoire ? Tout d'abord, l'Europe ne connait pas ce genre de fraudeur. Tant et si bien que l'équipe d'Ablyazov pourrait presque trouver une solution pour désarmer la gênante Interpol laquelle a arrêté des membres de structures mafieuses. Il a été organisé par Ablyazov une discussion publique dans le contexte des droits de l'homme, qui vise à transformer les professionnels de la police en "impuissants édentés".

Le deuxième point de préoccupation est l'accord de l'asile politique donné aux membres du gang criminel d'Anna Pavlova et de M. Ketebaev venus de Pologne et d'Espagne.

Ni l'Espagne, ni la Pologne n'ont examiné la situation dans sa globalité, et ont fait la même erreur que le Royaume-Uni. Londres aussi, a d'abord attribué le statut de réfugié politique à Ablyazov. Mais après la procédure judiciaire, qui a duré plusieurs années, non seulement Londres à changé son opinion, mais aussi condamné l'oligarque à 22 mois de prison pour outrage au tribunal.

En bref, la Cour a analysé la plainte de la "BTA Bank" du Kazakhstan contre Ablyazov, l'accusant d'avoir volé des milliards de dollars. En essayant de se soustraire à sa responsabilité, l'oligarque en fuite a effrontément menti et confondu les juges, pour gagner du temps, ce qui a provoqué une évaluation très négative de la justice et ensuite la décision d'une peine d'emprisonnement.

Le but de l'auteur était de cacher l'argent volé, de vendre ou de réécrire l'ensemble de ses propriétés au nom d'autres personnes. Par conséquent, le tribunal a pris des mesures drastiques. Tous les biens et les capitaux d'Ablyazov ont été gelés, et une étape a été initiée pour rechercher de nouveaux actifs non enregistrés afin de restituer les fonds à la banque concernée. Pour ne prendre qu'un chiffre: le tribunal anglais a établi que le vol de fonds a eu lieu grâce à des sociétés off-shore spécialement créées, dont le nombre total dépassait 1300 !

Ablyazov est en train de perdre, et il le sait. Son sac plein d'argent s'épuise, et avec cela la possibilité de faire volte-face s'envole également. Récemment, les avoirs des Khrapunov et Ablyazov avaient été gelés aux États-Unis. Des fonds énormes ont été découverts au cours du procès, qui a débuté en mai 2014, avec le tribunal de l'Etat américain de Californie suites aux plaintes des autorités kazakhes.

Craignant des poursuites et la confiscation de l'argent volé, V. Krapunov et M. Ablyazov ont commencé à vendre leurs propriétés en vue de l'élimination urgente des actifs au vue de la juridiction des États-Unis.

En particulier, une réduction significative a été faite dans le projet pour la transformation d'un hôtel en appartements à New York. Au lieu d'investir 40 millions de dollars, Ablyazov et Khrapunov avaient l'intention de vendre leur participation pour 21 millions de dollars.

Nous savons aussi que chaque membre de la famille a reçu de Khrapunov une injonction personnelle pour le paiement d'une dette d'un montant de 286,5 millions de francs suisse, ainsi que des intérêts au taux de 5% à compter du 1er Janvier 2000. La base de la plainte est une éventuelle participation de Victor Khrapunov et de sa famille dans le détournement de fonds publics à des fins personnelles, pour un montant estimé à 300 millions de $.

Il faut reconnaître que depuis plusieurs années, Ablyazov est le maître de la subversion et dépasse toutes les bornes. Par exemple, les assistants d'Ablyazov, que sont le chef de la sécurité Alexander Pavlov (qui a toujours effectué les missions les plus complexes et délicates avec l'oligarque) et Muratbek Ketebaev ont prévu de mener des attaques terroristes au Kazakhstan. Il était prévu d'organiser des attentats, au début de mars 2012. L'un d'entre eux aurait du être une explosion dans l'un des parcs les plus populaires à Almaty, toujours bondé surtout le week-end. L'attaque devait avoir lieu un samedi.

Le bureau du procureur du Kazakhstan a noté que «pour l'organisation des actes de terrorisme, Pavlov a alloué des fonds d'un montant de 25 milles dollars américains, dont 15 milles dollars ont été transférés à l'exécuteur. En particulier, il y a eu des tentatives pour établir des contacts avec des groupes religieux radicaux.

Aujourd'hui, le Kazakhstan fait l'objet d'une nouvelle attaque par l'information. Et l'équipe d'Ablyazov ne reste pas à l'écart de ce processus. Si vous examinez l'histoire de cette famille mafieuse, on peut noter un autre symptôme inquiétant, à savoir la faiblesse de l'Europe et sa vulnérabilité devant la criminalité organisée. Les intrigants manipulent habilement l'opinion publique, et font pression sur les tribunaux et le gouvernement, en tournant la liberté des médias au ridicule. Et cela est une menace pour la sécurité nationale. N'est-il pas temps de mettre un terme à ce problème ?

Aucun commentaire: