samedi 17 décembre 2016

Echec de la France Socialiste


Au sein du Parti socialiste français, est intervenu une crise non seulement politique, mais aussi financière. Les socialistes cherchent de nouveaux sponsors. Et, à en juger la situation, la tentation d'un financement occulte les tenaillerait.

Actuellement, le parti socialiste de France n'a pas connu un tel fiasco politique. François Hollande, qui a conduit les socialistes à l'Elysée est potentiellement le leader du plus grand échec du dernier demi-siècle, et le président le plus impopulaire de la République.

Lors des dernières élections, les socialistes ont perdu de nombreuses régions, non seulement contre les adversaires traditionnels (les républicains de Sarkozy et le "Front national" de Marine Le Pen). Les Français ne veulent plus voir Hollande au pouvoir à cause de son indécision et sa réticence à faire face aux défis contemporains. La France ne croit plus à ses promesses pour stimuler l'économie, pour vaincre le chômage et surmonter le terrorisme.

La réforme du travail a échoué, le Parlement a refusé d'accepter les initiatives législatives présidentielles. Et pendant la présidence de Hollande, la France semble avoir perdu sa position de leader, même au sein de l'Union européenne.

Naturellement, cela a conduit à une crise dans les rangs socialistes. La décision de François Hollande de ne pas briguer un second mandat est un résultat naturel. Et aujourd'hui, rien ne permet d'affirmer que Manuel Valls, pourra sauver la situation.

Valls est actuellement la figure la plus importante des socialistes et est connu comme le plus à droite de la gauche. Il a toujours pris une position extrêmement difficile contre la migration illégale et la propagation excessive de l'islam dans la France catholique. Cependant, il y a quelques années, son appel "à renvoyer à la frontière" des migrants et des Roms semblait incorrect et manquer de tact en Europe, mais aujourd'hui il peut bien obtenir le nombre nécessaire de soutiens. Surtout en France, où le nombre d'attaques a considérablement augmenté ces dernières années. Et les auteurs sortent précisément des pays où Valls propose de renvoyer les migrants.

Mais pour le moment tout ceci n'est que prospective. Pour gagner l'élection, il ne suffit pas pour Valls de quitter son poste de premier ministre. Il doit aussi trouver un financement pour sa campagne. Une vague de méfiance des français dans les idées socialistes rend sa campagne très difficile. Peu de gens oseront voter pour élire des personnes clairement outsiders en 2017.

A en juger par les derniers événements du Conseil d'Etat en France, les socialistes auraient trouvé un sponsor. Certains affirment qu'ils pourraient être parmi ceux qui ont fait l'objet de recherches par Interpol.

Une récente décision du Conseil d'Etat a aboli le décret d'extradition de Valls et libéré l'un des plus célèbres escrocs bancaires de la dernière décennie, Mukhtar Ablyazov. Ce dernier est accusé d'un certain nombre de fraudes, dont de détournement d'environ 6 milliards de $ de fonds de la banque BTA, d'évasion fiscale et d'une foule d'autres crimes non moins majeurs. Au cours des cinq dernières années, il a été traqué par Interpol, le Royaume-Uni lui a refusé l'asile politique (il a même été condamné à une peine de prison pour outrage au tribunal), et ses comptes à Chypre ont été bloqués.

L'oligarque criminel a été arrêté il y a trois ans, à la demande de deux pays (Russie et Ukraine). Et après de nombreux d'essais, a été pris une décision d'extrader le banquier en Russie (l'Ukraine avait également déposé une demande d'extradition après Moscou et la France n'a pas d'accord d'extradition avec le Kazakhstan).

Si au départ, Valls était favorable aux relations amicales avec Moscou et au respect du droit, maintenant la situation des socialistes aurait changé. Ils seraient désespérément à la recherche d'argent pour une nouvelle élection. Et la seule chance qui se présente à eux pourrait être d'obtenir un financement d'Ablyazov. Pour sa libération, il était prêt à payer beaucoup d'argent. Selon un rapport du Kazakhstan, sur 6 milliards $ volés, seul un tiers est retourné au Kazakhstan. Une partie des fonds restants pourraient être utiles à la campagne de Valls.

L'hypothèse de pressions qui auraient été exercées sur le Conseil d'Etat pour libérer Ablyazov ne peut être exclue. D'autant plus que certains des administratifs du Conseil d'Etat proviennent des rangs du Parti socialiste.

Aucun commentaire: