dimanche 26 février 2017

Point sur le conflit entre le canadien WWM et le Kazakhstan

Comment fini le chantage contre un Etat souverain et pourquoi les hommes d'affaires feraient mieux de ne pas «plaisanter» avec la souveraineté ?

Lorsque l'URSS s'est effondrée, que ses pieds d'argile se sont brisés, une avalanche d'hommes d'affaires internationaux, de criquets voraces se précipitèrent sur l'ancien espace soviétique, riche en ressources et en main-d'œuvre pas chère. Ce fut un véritable Klondike pour les gens entreprenants. Beaucoup se constituèrent un capital solide et créèrent de nouvelles réussites sur cette vague. En règle générale, on parle des sociétés et de leur longue quête de dollars américains, mais n'oublions pas les intérêts des Etats souverains.

Mais il y en avait d'autres qui crachaient sur les besoins des «indigènes». L'entreprise canadienne «World Wide Minéraux» (WWM) est venue au Kazakhstan en 1996. Son histoire est un exemple frappant de la façon de manquer une opportunité de profit, en ne se manifestant pas comme un partenaire, mais comme un facteur de déstabilisation.

Alors, quelle est l'essence du conflit ? «WWM» est venu comme un investisseur au Kazakhstan après avoir conclu un accord sur la gestion du complexe d'extraction d'uranium, Combinat Minier et Chimique du Nord des Terres Vierges (TSGHK). Et jusque là, tout allait bien. La nouvelle république indépendante a créé toutes les conditions nécessaires aux investisseurs. Tout cela dépendait de la vitesse des réformes, qui était une question de survie pour le Kazakhstan. Après tout, la situation économique était désastreuse. Au début des années 90, le taux d'inflation annuel était d'environ 2000 %. La stabilisation de l'économie, et avec elle, de la sphère sociale a été très douloureuse.

En 1996, lorsque le pays a été en mesure de se lancer dans la voie du développement durable, de nombreux investisseurs déjà réticents à prendre des risques, ont dirigé leur regard sur cette république, riche en matières premières. Et «WWM» était parmi eux. «World Wide Minerals» a été attiré l'industrie de l'uranium. Le Kazakhstan, à son tour, était prêt à coopérer, mais avec quelques mises en garde. En particulier, en 1992, le Kazakhstan et le Département américain du Commerce ont signé un accord imposant des quotas sur les importations de produits d'uranium aux États-Unis. Cela a été fait pour une raison simple. A l'époque, le Kazakhstan avait choisi une voie de développement sans nucléaire, et disposait de grandes quantités d'uranium de qualité militaire.

Une "Partie de Poker" a commencé avec l'investisseur qui avait un œil sur des superprofits potentiels, lequel s'est mis à menacer la sécurité nationale. Et la fin était assez prévisible. Au lieu des concessions attendues, ce chantage voilée a conduit le Kazakhstan à reconduire fermement les hommes d'affaires à la porte.

C'était son droit souverain de défendre ses intérêts nationaux, qui se tiennent au-dessus de toute loi internationale. Ainsi, la jeune république a réglé deux grandes questions. D'une part les investisseurs ont compris qui est le patron et que les questions sociales sont sacrées. De l'autre, le Kazakhstan a agi strictement dans le cadre juridique car le contrat formel avec l'investisseur a été résilié pour non-respect de ses obligations.

Bien sûr, l'entreprise canadienne a encaissé un véritable coup, y compris pour son image. Par conséquent, elle ne va pas facilement abandonner. Un an plus tard, «WWM» a déposé une plainte à la Cour de district des États-Unis, en affirmant que le Kazakhstan a refusé illégalement d'accorder une licence pour exporter de l'uranium.

Cependant, les États-Unis étaient en accord avec Astana. Selon la justice américaine, la décision sur l'opportunité de délivrer ou non une licence d'exportation est une décision souveraine du Kazakhstan, sur la base des lois nationales et des décrets de la République. En outre, il est pas superflu de rappeler que, au moment de l'arrivée de «WWM» au Kazakhstan, le droit exclusif au commerce de l'uranium aux États-Unis appartenait à une autre entreprise.

Par conséquent, la décision du tribunal était tout à fait logique. Le 8 août 2002, la Cour d'appel des États-Unis a rendu une décision finale d'arrêter le procès en faveur du Kazakhstan et de "Kazatomprom".

Il semblerait que la logique et le bon sens ont prévalu. Mais les succès de "Kazatomprom" dans les affaires et l'augmentation de la demande d'uranium dans le monde, ont  une fois de plus poussé «WWM» dans une nouvelle aventure. Seulement, cette fois, l'entreprise a organisé un lobby puissant auprès du gouvernement canadien. Je ne sais pas ce qui a été promis aux fonctionnaires, mais il reste que, contrairement à l'amitié déclarée entre les deux pays, Ottawa a décidé de se venger. En Janvier de l'année dernière, un tribunal canadien a validé l'ouverture d'un procès de la société minière canadienne contre le Kazakhstan. De plus, il faisait assez curieusement référence au cadre réglementaire de l'Union soviétique.

Au cours de sa visite à Ottawa en mars 1995, le premier ministre de la République du Kazakhstan a adopté un mémorandum d'intention dans lequel les parties se sont engagées à mener des négociation entre les experts des deux pays pour la préparation d'un «Accord sur la promotion et la protection mutuelle des investissements". Mais les Canadiens ne sont pas venus aux réunions. Apparemment, le traité soviétique leur convenait plus. Et si cela ne convient pas au Kazakhstan, apparemment, personne ne s'en soucie.

Le roi d'Arabie saoudite en Asie à la recherche de nouvelles opportunités


Le roi Salman d’Arabie saoudite entame ce dimanche 26 février un voyage en Asie afin d'y trouver des investisseurs. La monarchie wahhabite a entrepris de diversifier son économie, trop dépendante de la production pétrolière.
Le roi Salman se rendra successivement en Malaisie, en Indonésie, en Chine, aux Maldives, et finalement au Japon pour un long périple à visée nettement économique.
Lancé l'an dernier, le programme « Vision 2030 » a pour objectif de réduire la dépendance de l'économie saoudienne aux variations du prix du pétrole en diversifiant ses activités.
Relation privilégiée avec la Chine
Pour y parvenir, l’Arabie saoudite fait appel à des investisseurs étrangers. Avec ses partenaires asiatiques, le pays souhaite renforcer les accords industriels et commerciaux et attirer les investissements dans les secteurs les plus variés.
Le promoteur de cette ouverture de l'économie saoudienne, le vice-prince héritier Mohammed Ben Salman, a préparé la visite du roi au cours d'un déplacement en Chine au mois d'août et au Japon en septembre dernier.
La Chine représente déjà le premier fournisseur de l’Arabie saoudite. Le Japon, où un monarque saoudien se rend pour la première fois, importe un tiers de son pétrole d’Arabie saoudite tandis qu'il y exporte pour 7 milliards d'euros par an en voitures, équipements et métaux.
Sur www.rfi.fr le 26/02/2017

mercredi 22 février 2017

L'Asie frappée d'une boulimie olympique


Troublant hasard de l’actualité. Au moment où, en Europe, une pétition menace d’envoyer aux oubliettes la candidature de Budapest aux Jeux de 2024, l’idéal olympique se porte comme un charme sur le continent asiatique. Le Japon organise en grandes pompes les Jeux Asiatiques d’hiver (photo ci-dessus), dans la station de Sapporo, où les athlètes océaniens ont été invités pour la première fois à poser leurs skis et leurs patins. La Corée du Sud prépare sans retard apparent les Jeux d’hiver de PyeongChang 2018.
Cerise sur le gâteau, le très influent et toujours écouté Sheikh Ahmad Al-Fahad Al-Sabah suggère avec ses manières polies que l’Asie pourrait recevoir les Jeux d’hiver en 2026, pour la troisième fois consécutive. Il cite la candidature de Sapporo, évoquée depuis la fin de l’année 2014, mais pas encore officielle. Une candidature qui, selon le dirigeant koweïtien, aurait des chances très sérieuses de l’emporter.
Crédible? En d’autres temps, sûrement pas. Mais le mouvement olympique ne tourne plus très rond depuis ces dernières années. En Europe, les candidatures aux Jeux tombent les unes après les autres, incapables de résister à la moindre consultation populaire. En Asie, elles avancent sans mettre un genou à terre et foncent vers la victoire.
Pour Sheikh Ahmad Al-Fahad Al-Sabah, il n’existe pas le moindre doute: le Japon et Sapporo feraient d’excellents hôtes pour les Jeux d’hiver en 2026. « Je suis très heureux d’apprendre que Sapporo est prête à accueillir les Jeux d’hiver. Elle en est capable et elle prête », a-t-il assuré à l’occasion d’une conférence de presse organisée dans le cadre des Jeux Asiatiques d’hiver. Très enthousiaste, le Koweïtien a confié que, pour lui, la station japonaise possédait « tous les outils, tous les équipements et toute l’expérience » pour recevoir l’événement olympique et paralympique.
Sheikh Ahmad prêche pour sa paroisse. Parmi toutes ses casquettes, il sait arborer dans les moments requis celle de président de l’Association des comités olympiques asiatiques (OCA). Il n’empêche, le très influent membre de la commission exécutive du CIO sait aussi que, en ces temps difficiles pour le mouvement olympique, l’Asie représente un gage de sécurité. Aucun risque de voir un référendum faire voler en éclats un comité de candidature. Aucun danger de voir débarquer dans le décor un élu politique hostile aux Jeux.
La Corée du Sud en est la preuve, une crise politique peut toujours se glisser dans le paysage au plus mauvais moment. Le pays est englué depuis plusieurs mois dans un scandale de corruption impliquant directement la présidente, Park Geun-hye. Mais, jusqu’à preuve du contraire, il n’affecte pas directement la préparation des Jeux. Lee Hee-beom, le patron du comité d’organisation des JO de PyeongChang, l’a expliqué cette semaine: les six nouveaux sites de compétition sont désormais terminés à 96%. Le centre des médias, le village des athlètes et le stade des cérémonies seront bouclés au mois de septembre 2017. « Nous pouvons maintenant nous concentrer sur la construction des routes, des hôtels et des restaurants », a-t-il promis, répondant ainsi aux craintes formulées récemment par les chefs de mission sur les difficultés de transport et de logement.
Le même Lee Hee-beom reprend à sa manière, moins directe, le raisonnement de Sheikh Ahmad Al-Fahad Al-Sabah. « Avec PyeongChang 2018 et Pékin 2022, les sports d’hiver vont se déplacer d’Europe et d’Amérique du Nord vers l’Asie, prédit le Sud-Coréen. Nous allons voir un nombre grandissant de gens se passionner pour ces disciplines. »
Sheikh Ahmad Al-Fahad Al-Sabah l’a suggéré comme une forme de promesse: « Si beaucoup de pays se lancent dans la course (aux Jeux d’hiver en 2026), nous devrons peut-être évaluer la situation. Mais dans le cas contraire, nous avons nos chances. L’Asie est prête à organiser pour la troisième fois consécutive les Jeux d’hiver. »
En Europe, la Suisse n’a plus qu’une carte en mains, le projet Sion 2026. L’Autriche, de son côté, en est à l’étude d’opportunité d’une candidature de la ville d’Innsbruck. En Amérique du Nord, les Canadiens croisent les doigts pour que le groupe de travail formé à Calgary trouve les bons arguments. L’Asie, elle, est prête.
Sur www.francjeux.com le 22/02/2017

mardi 21 février 2017

Tranformation technologique du Kazakhstan

Le Kazakhstan entreprend ni plus ni moins qu'une révolution technologique, que l'espace post-soviétique n'avait jamais mis en œuvre auparavant. L'automatisation, la robotisation, le développement de l'intelligence artificielle et un parc technologique de startups internationales sont encore pour la majorité des voisins d'Asie centrale, des épisodes d'un film de science-fiction. Pour le Kazakhstan, il est évident que c'est déjà un proche avenir.

Ainsi, le Kazakhstan a une nouvelle fois prouvé qu'il ne jette pas de mots dans le vent. L'objectif d'entrer dans les 30 premiers pays développés, que certains sceptiques semblaient voir comme une utopie et un slogan fort, devient chaque jour de plus en plus concret. Le Kazakhstan a l'intention de cultiver de nouvelles industries de haute technologie, mais il n'a pas l'intention d'abandonner l'ancienne.

Ainsi, le pays envisage de lancer le programme "Kazakhstan Digital", qui contribuera au développement des communications et de fournir un accès universel à une infrastructure de fibre optique. Premier à introduire de nouvelles technologies dans le domaine de l'informatique, le Kazakhstan a l'intention d'ouvrir sa propre «Silicon Valley», un parc industriel de start-up internationales. Aux investisseurs et aux hommes d'affaires de différents pays, le Kazakhstan promet des allégements fiscaux, des régimes de visas simplifiés et de la main-d'œuvre.
Par un juste retour des choses, le Kazakhstan a réussi à faire grandir avec succès une jeune génération pétrie de technologies avancées. Se rendant compte que la langue des nouvelles technologies d'aujourd'hui est l'anglais, le pays prévoit d'introduire l'enseignement obligatoire dans cette langue.

Une autre innovation est déjà mise en œuvre dans le pays, l'enseignement professionnel gratuit. Toute personne pourra en profiter dès cette année : les jeunes, les chômeurs et même ceux qui n'ont aucune formation professionnelle. En créant une nouvelle économie de haute technologie, le pays prend le train à l'avance pour son bon fonctionnement.

Il faut dire que dans le processus de modernisation économique, les autorités kazakhes accordent une attention particulière l'environnement social dans son ensemble, pas seulement à l'éducation. Pour mobiliser des ressources pour la restructuration du système, le pays ne touchera pas aux prestations sociales.

A Astana, on mise sur le développement de l'agriculture durable et la planification pour faire du Kazakhstan un des plus grands fabricants mondiaux de produits agricoles. A cet effet, le Kazakhstan a tout ce qui est nécessaire : de vastes zones fertiles et un climat tempéré dans la plupart des régions. Ce qui est important est que la république entend passer de la production de matières premières à la production de produits agricoles transformés. Au moins dans les cinq prochaines années, le Kazakhstan a l'intention d'augmenter ses exportations de produits alimentaires de près de moitié, et ses exportations non pétrolières en 2025 par deux fois.

En 2025, le pays prévoit de mettre en œuvre non seulement des technologies numériques dans presque toutes les sphères d'activité et de reformater le secteur agricole, mais aussi d'augmenter le transit de marchandises à travers son territoire, d'embaucher autant de personnes que nécessaire pour les entreprises, améliorer le secteur bancaire pour redémarrer l'ensemble du système financier.

Ainsi, le Kazakhstan crée son propre modèle de croissance économique. Et ce modèle sera efficace, non seulement parce que le pays a rassemblé les expériences réussies d'autres pays comme autant de pièces d'un puzzle complexe, mais aussi parce que les réformes économiques seront synchronisées avec la politique du pays.

Le Kazakhstan a préparé une réforme constitutionnelle sans précédent. Elle est conçue pour redistribuer les nombreux pouvoirs présidentiels en faveur du parlement et du gouvernement. De l'avis général des experts, cela va conduire à la démocratisation de l'ensemble du système politique.

dimanche 19 février 2017

La police recherche quatre autres Nord-Coréens

Quatre autres suspects nord-coréens sont recherchés dans l'enquête sur l'assassinat lundi à l'aéroport de Kuala Lumpur du demi-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, a annoncé dimanche la police Malaisienne.
Âgés de 33 à 57 ans, les quatre hommes ont fui la Malaisie le jour du meurtre, a déclaré lors d'une conférence de presse Tan Sri Noor Rashid Ibrahim, un haut responsable de la police locale.
Trois autres Nord-Coréens sont recherchés pour l'aide qu'ils pourraient apporter aux enquêteurs.
Deux semaines d'analyse

La police malaisienne a arrêté samedi un Nord-Coréen de 46 ans, un certain Ri Jong Chol, présenté lors de la conférence de presse comme travaillant dans l'informatique. Une femme détentrice d'un passeport vietnamien, une autre d'un passeport indonésien, ainsi que le petit ami de cette dernière, un Malaisien, ont également été interpellés.
Kim Jong-Nam, 45 ans, avait été attaqué lundi par deux femmes qui lui auraient jeté un liquide au visage à l'aéroport, où il devait embarquer pour Macao.
L'homme s'est ensuite plaint de maux de tête et hurlait de douleur avant de succomber pendant son transfert à l'hôpital.
Des experts malaisiens ont effectué vendredi des analyses d'échantillons du défunt, afin de déterminer la substance toxique qui lui a été aspergée au visage.
Samedi, le ministre malaisien de la Santé a prévenu que cette analyse pourrait prendre jusqu'à deux semaines, et qu'aucune information ne serait communiquée «tant que nous n'aurons pas trouvé quelque chose de sûr». 
Sur www.tdg.ch le 19/02/2017

La politique de l'eau de la Chine conduit à la catastrophe

Au printemps, le Kazakhstan peut à nouveau faire face à une diminution du niveau d'eau dans les cours d'eau transfrontaliers avec la Chine. Après le Kazakhstan, la sécheresse menace plusieurs régions de la Russie. Pékin augmente ses prélèvements et refuse de négocier sur l'utilisation de l'eau des cours transfrontaliers.

Sur le territoire du Kazakhstan et de la Chine prennent source 23 cours d'eau transfrontaliers. Les plus grands d'entre eux sont l'Irtych (l'Irtych est un affluents de la rivière Ob en Russie, le deuxième plus long fleuve du monde après l'afflux du Missouri) et l'Or. Chaque année, le niveau d'eau dans les rivières se réduit en raison du détournement massif d'eau sur le territoire de la Chine. Dans le même temps, Pékin refuse d'avoir des négociations sur l'établissement du niveau de consommation d'eau de tous les pays parcourus par le flux des cours d'eau transfrontaliers. Au lieu de cela, elle offre un format à double-face qui en clair, revient à dire qu'elle prendra toute l'eau qui lui sera nécessaire jusqu'à la fin de la mise en œuvre de ses plans de développement de la région autonome ouïgoure du Xinjiang en Chine (Xinjiang).

Les premières mesures pour stimuler le développement économique du Xinjiang ont été réalisées en 1996, lorsque Pékin a augmenté la taille des subventions financières à la région. Par la suite, les autorités de la République populaire de Chine sous les auspices d'une exploration pétrolière et gazière et le développement du secteur agro-industriel de la région à grande échelle ont commencé à poursuivre une politique de migration massive des Chinois (Han de préférence) des régions du sud et du sud-est du pays vers le Xinjiang. En moins de 10 ans, la population de la région a augmenté à 20 millions de personnes en raison cette migration interne. Seulement en 2016, le nombre d'emplois dans le Xinjiang a dépassé le nombre de 45 millions. Et les plans pour 2017, sont la création de 44 millions de nouveaux emplois ! Dans le même temps, comme indiqué dans l'«Avis concernant les propositions relatives à la mise en œuvre de certaines politiques de développement à grande échelle des régions de l'Ouest » et « Stratégies de développement à grande échelle de la population du Xinjiang » la région de l'ouest devrait dépasser 150 millions de personnes en 2020, et l'économie de la région aura l'une des plus fortes croissances en Chine .

Tout ceci est réalisé au détriment du développement de la région, de l'agriculture et de l'industrie. Sans tenir compte des autres pays qui sont en aval des cours d'eau transfrontaliers, la Chine prélève presque toute l'eau. Le plus grand canal dit « noir » entre l'Irtych et Karamay à pour effet de détourner une partie des eaux supérieures de la rivière Irtych vers la zone du champ de pétrole près de Karamay et Urumqi. Après sa construction, le niveau de la rivière Irtych a diminué de près de 20 pour cent à la frontière avec le Kazakhstan. A pleine capacité, les canaux « noirs » chinois Irtych/Karamay et Irtych/Urumqi seront en mesure de passer d'environ 120 mètres cubes d'eau par seconde. Dans la zone d'Urumqi la superficie irriguée dépasse 2 millions d'hectares. Autrement dit, le drain du Irtych noir restera complètement sur le territoire de la Chine.

Déjà, le peuplement des rives de l'affluent principal de l'Irtych a conduit au fait que la Chine représente plus de la moitié de l'écoulement des cours d'eau (5 sur les 9 milliards de mètres cubes d'eau).

En outre, la Chine a construit un canal reliant un autre cours d'eau transfrontalier à la partie occidentale du désert du bassin du Tarim, qui est appelé le « puits sans fond » et l'« horreur de l'Asie centrale aride ». A en juger par les plans pour le développement du Xinjiang, dans les 15-20 prochaines années, le niveau de l'écoulement de la rivière Ili au Kazakhstan sera également réduit de moitié.

Une telle politique de l'eau des autorités chinoises a déjà conduit à la baisse de 10 centimètres du niveau du plus grand lac au Kazakhstan, le lac Balkhach. Ce lac peut répéter le sort de la mer d'Aral, qui est devenue une importante catastrophe environnementale des 20ème et 21ème siècle. Selon les écologistes, si la Chine ne limite pas sa pratique de prélèvement d'eau, dans les 15-20 prochaines années, une sécheresse va commencer dans les régions orientales du Kazakhstan.

En outre, au Kazakhstan sur l'Irtych se trouvent de grandes centrales hydroélectriques. Et la réduction du niveau des eaux dans la rivière entraînerait d'ici 2030 une réduction de la production d'électricité de 25 à 40 pour cent d'ici 2050. Cela entraînera des dommages irréparables à l'économie de l'État. Et il provoquera la croissance de la pauvreté de plusieurs dizaines de millions de personnes le long de la rivière.

Des problèmes similaires se posent en Russie. Le niveau de l'Irtych sur son territoire conduit à une augmentation de la rareté de l'eau dans Omsk, l'une des plus grandes villes de Sibérie, pour laquelle l'Irtych est pratiquement la seule source d'eau potable.

Aujourd'hui, le projet de détournement de rivières de la Chine du sud vers le nord, à partir du région autonome du Tibet (RAT) en Chine occidentale, est sérieusement discuté. Les eaux proviendraient des plus grands affluents des rivières transfrontalières de la région, comme le fleuve Jaune Yangtze, le Mékong, la Salouen, le Brahmapoutre, l'Indus et le Sutlej. Deux centrales hydroélectriques : Chzhikun sur la rivière Lhassa (une des rivières qui alimentent le Brahmapoutre) et Shitsyuanhe située dans la partie supérieure de la rivière Indus, ont déjà conduit à une diminution du niveau des eaux en Inde.

Si la communauté internationale n'intervient pas de toute urgence dans la politique de l'eau de la Chine, un demi-siècle plus tard, un territoire habité par des milliards de terriens fera face à une pénurie d'eau potable. Et il ne peut que mourir parce que Pékin veut augmenter son économie et briser les leader mondiaux.

dimanche 12 février 2017

Tensions diplomatiques en Asie après un tir de missile nord-coréen


La Corée du Nord a tiré dimanche matin (00h55, heure Suisse) un missile balistique en direction de la mer du Japon. La Corée du Sud parle de "provocation" tandis que le Japon dénonce un tir "intolérable".

C'est le ministère de la défense sud-coréen qui a communiqué au sujet de l'essai de Pyongyang. Pour Séoul, ce tir de missile, qui a parcouru une distance de 500 kilomètres et dont "le type exact doit encore être déterminé", constitue une provocation visant à tester le nouveau président américain, Donald Trump.

Il s'agit du premier tir de missile balistique effectué par le régime de Pyongyang depuis l'élection américaine en novembre.

Les Etats-Unis derrière le Japon

Au moment du tir, Donald Trump passait le week-end dans une luxueuse résidence en Floride avec le premier ministre japonais Shinzo Abe, qui effectue depuis vendredi une visite officielle aux Etats-Unis. Il a rappelé que les Etats-Unis étaient "à 100% derrière le Japon, son grand allié".

Peu avant, le dirigeant japonais avait déclaré que le tir nord-coréen était "intolérable", ajoutant que Pyongyang devait "respecter pleinement les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU".

Sur www.rts.ch le 12/02/2017

samedi 11 février 2017

Un large pont de terre entre l'Asie et l'Amérique


Des informations fournies par la génétique des populations autochtones et la récente découverte au Yukon d’ossements et d’outils ayant été manipulés par des humains il y a 24 000 ans corroborent l’hypothèse selon laquelle des humains provenant de Sibérie se sont retrouvés piégés et isolés en Béringie pendant 10 000 ans avant de pouvoir se disperser dans l’ensemble du continent américain. Mais où précisément cette population humaine a-t-elle vécu durant cette période qui correspond au dernier maximum glaciaire ?

John Frank Hoffecker de l’Université du Colorado à Boulder, Dennis O’Rourke de l’Université du Kansas et leurs collègues croient que ces humains auraient élu domicile dans le sud de la Béringie centrale, qui à l’époque se présentait comme un large pont de terre reliant le nord-est de la Sibérie à l’Alaska. Lors de la fonte des glaciers, ce pont de terre mesurant 1600 km du nord au sud a graduellement été submergé et recouvert par le détroit de Béring.

Des études de paléoécologie ont en effet montré que cette large bande de terre jouissait d’un climat nettement plus doux et humide que dans le nord-est de la Sibérie, où sévissait un froid intense et très sec, donc carrément hostile pour les humains. L’analyse de carottes de sédiments ayant été obtenues lors de forages dans le plancher océanique du détroit de Béring et le long de la côte de l’Alaska a révélé la présence de pollens d’arbres, d’arbustes et de plantes, ainsi que d’insectes qui prospèrent normalement sous un climat nettement plus clément que celui des steppes sibériennes.

« Grâce aux effets des courants du Pacifique Nord, le sud de la Béringie centrale profitait probablement de conditions de température et d’humidité relativement douces et favorables à une toundra arbustive, composée d’arbustes, de quelques arbres et de zones humides qui ont pu attirer des oiseaux aquatiques migrateurs durant les mois les plus chauds et ainsi fournir une source additionnelle de nourriture aux humains », affirme M. Hoffecker.

Ces arbustes et ces arbres ont pu également servir de bois pour faire des feux que les peuples indigènes alimentaient avec des os, qui sont reconnus pour brûler rapidement mais dégager beaucoup de chaleur.

Pour Dennis O’Rourke, l’article publié dans PLOS One qui révèle la présence d’humains au Yukon il y a 24 000 ans demeure en accord avec le fait que les populations humaines provenant de Sibérie résidaient en permanence sur le pont de terre du sud de la Béringie centrale durant le dernier maximum glaciaire. Toutefois, « certains groupes devaient partir occasionnellement, de façon saisonnière, en expédition dans les hautes terres de la Béringie orientale [où se trouvent les grottes du Poisson-Bleu] pour chasser et récolter d’autres ressources. Mais probablement qu’ils ne trouvaient pas suffisamment de ressources disponibles dans cette zone moins hospitalière pour l’occuper toute l’année durant le dernier maximum glaciaire », précise-t-il.

Lauriane Bourgeon croit aussi que « des groupes de chasseurs basés en Béringie centrale devaient partir explorer les régions plus steppiques situées plus à l’est et plus à l’ouest. Ils ont dû probablement utiliser les grottes du Poisson-Bleu comme un site de chasse »« Il est vrai qu’on a retrouvé très peu d’outils de pierre taillée, ce qui veut probablement dire que les humains devaient chasser dans ce coin, mais qu’ils n’y habitaient pas », admet-elle.

Selon M. O’Bourke, « l’écologie locale à l’extérieur du sud de la Béringie centrale devait être trop inhospitalière pour une occupation annuelle durant le dernier maximum glaciaire et a dû contraindre les populations à demeurer en permanence, et ce, pendant une période de 8000 à 10000 ans, dans cette zone plus chaude et plus agréable qu’était alors le sud de la Béringie centrale ».

Mais quand les humains auraient-ils investi cette bande de terre qui est aujourd’hui sous le détroit de Béring ? « La découverte d’un complexe de sites archéologiques en Sibérie près de la rivière Yana, en Béringie occidentale [nord-est de la Sibérie], témoigne d’une présence humaine il y a 32 000 ans. Mais entre 32 000 et 24 000 ans, on ne sait pas trop ce qui s’est passé. Si on se fie aux seules données génétiques, les humains seraient arrivés en Béringie, il y a entre 24 000 et 25 000 ans », précise Lauriane Bourgeon.

Par Pauline Gravel sur www.ledevoir.com le 11/02/2017

vendredi 10 février 2017

Affaire Ablyazov : des langues se délient

Le monde d'aujourd'hui est confronté à de nouvelles techniques de manipulation habile des masses. Les médias sont devenus un outil pas moins dangereux que les moyens de destruction massive.

Sur les pages des journaux, des magazines et des réseaux sociaux sont maintenus une guerre invisible, une lutte des idéologies et des concepts, une confrontation des civilisations.

Et pendant cette guerre des Titans, dans l'ombre de leur lutte, il y a des politiciens qui en profite pour assouvir leurs propres intérêts égoïstes.

Par exemple, Mukhtar Ablyazov est soit un homme politique en fuite, soit un voleur qui, dans sa lutte pour le triomphe des droits de l'homme, il est devenu une personne dont les droits ont finalement triomphé.

Comment est-il arrivé d’être propriétaire de sa propre banque est en même temps de la voler, d’être un voleur reconnu et de fuir ses responsabilités, de travailler sur le pouvoir, puis ensuite de trainer ce pouvoir dans la boue, mentir droit dans les yeux et de continuer de dire qu'il est honnête?

Il y a quelques jours, l'ex-magnat a accusé les autorités kazakhstanaise d’avoir enlevé Jarimbetov (ancien second  d’Ablyazov dans la BTA-Bank), qui a été arrêté dans un aéroport en Turquie et envoyé à Astana.

"Les autorités du Kazakhstan sont tombés dans un piège global dans sa lutte contre ma personne" a écrit Ablyazov. Comment est-il possible de faire un tel coup, dit-il en donnant  le conseil de restituer immédiatement Jarimbetov à la Turquie, en convenant avec lui qu’il ne parlera à personne de son enlèvement.

Le but de l’intervention d’Ablyazov n’était pas une tentative de protéger les intérêts de Jarimbetov. Tout est devenu simple banalité. Ablyazov a ressentit à nouveau le vent du boulet.

Jaksylyk Jarimbetov a été arrêté par les gardes-frontière turques avec un faux passeport le 17 Janvier. Il a lui-même admis, qu’il était déjà fatigué de se cacher à l'étranger pour échapper à l'enquête. Dans le poste de police,  il a d’ailleurs donné son vrai nom et a demandé d'informer le consulat général du Kazakhstan. Étant donné qu’il était  enregistré dans le fichier d’Interpol, Jarimbetov a vite été extradé vers Astana le 20 Janvier.

Ablyazov a reçu ces informations, bien sûr, extrêmement inquiet. Après tout, étant son adjoint, il connaît de nombreux systèmes financiers pour blanchir les fonds de BTA Bank, et peut ouvrir les yeux des enquêteurs sur de nombreux points.

Par conséquent Ablyazov a décidé de frapper à l'avance. Il accuse les autorités kazakhes d'enlèvement et de faire pression sur eux par la communauté internationale. Et apparemment, il compte sur la fidélité de Jarimbetov. Il n’avait pas prévu que son complice puisse le démasquer.

Tout d'abord, le détenu a admis qu'il n'a pas vu sa famille depuis huit ans, et c’est  une lourde épreuve. En second lieu, c’est insultant pour ceux qui sont déjà en prison à cause des ambitions criminelles d’Ablyazov. Après tout, ils étaient seulement des gestionnaires effectuant toutes les tâches de gestion de la banque dans la crainte de perdre leur emploi. En d'autres termes, il n’a aucune envie de rester en prison pour quelqu’un d’autre. Voilà pourquoi il est prêt à aider l'enquête, pour rétablir la justice.

Mais le plus important est que Jarimbetov a nié les accusations d’enlèvement, en expliquant comment son arrestation s’est déroulée.

« Je veux déclarer que personne ne m’a torturé et qu’aucune autre mesure ne m’a impacté physiquement. Certaines ONG, des organisations des droits de l’homme, ont signalé que dans cette situation affligeante, ma vie était soit disant en danger. Ce n'est pas le cas et je voudrais souligner encore une fois et fortement dire que tout est vraiment normal » a t-il dit.

Il a donné une évaluation de l'activité d’Ablyazov. Selon lui, cet homme n'a pas de patrie, ni de drapeau. Tout ce qu'il fait est motivé par des intérêts personnels. La banque est son argent de poche, elle est un outil uniquement pour assurer sa prospérité et son intégrité.

« Si une personne est obsédée par le pouvoir, qu’est ce que je peux y faire? a dit Jarimbetov, en exprimant sa sympathie pour tous ceux qui d'une manière ou d'une autre ont été utilisé par Ablyazov et aujourd'hui payent le prix pour ses turpitudes.

Il est rapporté que maintenant Jarimbetov est en liberté, mais en résidence surveillée. Dans un proche avenir, il se rendra à Almaty pour de plus amples investigations. Il n’est pas exclu que cet ex-banquier actuellement détenu fera un accord avec les enquêteurs et, par conséquent, pourrait ne pas être tenu pénalement responsable.

Candice et Jérémy de "Koh-Lanta" en "amoureux" en Asie


Un autre couple issu de "Koh-Lanta l'île au trésor" ? Si on en croit les dires d'un de leurs anciens camarades, Candice et Jérémy sont des "amoureux"...
Le biker Jean-Luc a révélé à TV Mag que plusieurs candidats de la dernière saison se sont donnés rendez-vous au Cambodge pour revivre leur aventure. Jérôme, Amandine, Sandrine et Jean-Luc participent à ce "Koh-Lanta" entre amis dès lundi et retrouveront ainsi Candice et Jérémy. "Nous retrouverons Candice et Jérémy à Phnom Penh, les amoureux sont déjà sur place!", a lâché Jean-Luc.

Cette petite phrase veut-elle dire que Jérémy et la championne de wakeboard se sont rapprochés depuis la fin de l'aventure? Difficile de tirer des conclusions à partir de la simple déclaration de ce candidat qui taquinait déjà sans cesse Jesta et Jérémy durant leur séjour sur l'île.
En revanche, Candice et Jérémy sont bien en voyage ensemble en Asie. Quelle que soit la nature de leur relation. Jérémy a déjà parcouru la Turquie, Dubaï et l'Inde avant d'être rejoint par Candice au Sri Lanka il y a deux semaines et pour un mois.
Depuis, leurs comptes Instagram respectifs sont inondés de photos d'eux, ensemble et très complices.
Sur www.huffingtonpost.fr le 10/02/2017

jeudi 9 février 2017

Donald Trump écrit enfin à Xi Jinping et fait le vœu d’une relation « constructive »

Depuis son arrivée à la Maison Blanche, le président américain s'est entretenu avec une vingtaine de chefs d'Etat mais n'a eu aucun échange téléphonique avec son homologue chinois.
Ils ne se sont toujours pas parlé, ils se sont encore moins vus mais le contact est désormais établi ! Donald Trump a pris la plume pour s'adresser à son homologue chinois Xi Jinping, a fait savoir la Maison Blanche. Alors que le président américain a multiplié les attaques contre la Chine, critiquant pêle-mêle la politique commerciale et monétaire de Pékin et ses ambitions territoriales en mer de Chine, le courrier est visiblement bien plus diplomatique : Donald Trump dit vouloir développer avec Xi Jinping une « relation constructive » qui profite aussi bien aux Etats-Unis qu'à la Chine, les deux premières économies mondiales. Le communiqué de la Maison Blanche précise que Donald Trump remercie également Xi Jinping pour sa lettre de félicitations le jour de son inauguration et souhaite au peuple chinois une année du Coq prospère.
Par Yann Rousseau et Frédéric Schaeffer le 09/02 sur www.lesechos.fr

mercredi 8 février 2017

La Chine met en garde Trump contre une guerre en Asie


La guerre entre les États-Unis et la Chine aura-t-elle lieu ? Ce n’est pas réaliste aux yeux de Wang Yi, le ministre chinois des Affaires étrangères, qui a tout de même pris la peine de le rappeler lors de sa visite en Australie. Début février au Sénat, le secrétaire d’État américain Rex Tillerson avait agité la possibilité de « bloquer » l’accès de Pékin à ses propres îles poldérisées en mer de Chine méridionale. Depuis, les Chinois s’appliquent à minimiser les perspectives d’un conflit qui « mènerait à l’échec ». En espérant « faire entendre raison » à Donald Trump sur le respect des intérêts chinois. Réaliste ?

« Révisez vos cours d’histoire sur la Seconde Guerre mondiale ! » Ce mardi 7 février, c’est une leçon que Wang Yi, le ministre chinois des Affaires étrangères, a voulu adresser au mauvais élève Trump depuis Canberra où il est en visite officielle. Précis, le diplomate a rappelé la Déclaration du Caire de 1943 et celle de Potsdam en 1945 : « le Japon doit retourner à la Chine tout le territoire qu’il lui a pris », rapporteChannel News Asia C’est que les Chinois n’ont toujours pas digéré les propos du secrétaire d’État américain Rex Tillerson. « Pékin ne devrait pas avoir accès aux îles qu’il a construites en mer de Chine du Sud », avait déclaré l’ancien patron d’ExxonMobil lors de son audition de confirmation au Sénat le 1er février dernier. Sous-entendu : les États-Unis pourraient « bloquer » la Chine dans la zone, militairement s’il le faut.

Certes, les Chinois ont été sensibles aux dires du secrétaire américain à la Défense James Mattis, en visite à Tokyo samedi dernier : « La diplomatie est la priorité en mer de Chine méridionale. » Mais la Chine veut mettre les choses au clair le plus vite possible et minimiser toute perspective de guerre avec les Américains. « Il ne peut pas y avoir de conflit entre la Chine et les États-Unis. Les deux parties ne peuvent pas se le permettre », a ainsi prévenu Wang Yi, indique le Straits Times. Pour le diplomate, une telle éventualité serait un« échec ».

Cependant, la question obsédante pour la Chine est plus profonde : Trump accepte-t-il la réalité en Asie orientale ? C’est ce que demande le quotidien nationaliste Global Times dans un éditorial. Le milliardaire américain n’a pas encore de politique claire sur la Chine ni sur l’Asie de l’Est, reproche le journal. Et l’alliance forte de Washington avec le Japon et la Corée du Sud « n’aidera pas à faire face à une Chine montante ».

Du côté américain aussi, la politique chinoise de Trump inquiète, souligne le South China Morning Post. La crainte émane d’un rapport signé par d’anciens hauts-diplomates américains sous les administrations démocrates et républicaines. Avant son investiture, rappellent-ils, Donald Trump s’est montré « ouvert aux négociations »sur la « politique d’une seule Chine ». Une décision qui pourrait« déstabiliser l’Asie-Pacifique » et rendre Taiwan « plus vulnérable ». Soucieux de faire pression sur Pékin pour réduire son excédent commercial avec Washington, Trump n’a pas pris conscience du« danger » d’abandonner la reconnaissance d’une seule Chine avec Pékin pour capitale, jamais remise en cause par Washington depuis 1979. Ainsi, l’initiative de Trump pourrait porter atteinte à la position-même des États-Unis en Asie-Pacifique. Trump devrait donc« soutenir la diplomatie » en mer de Chine du Sud, tout en maintenant une double présence navale et aérienne active pour éviter une éventuelle offensive de Pékin.

Par Joana Hiu sur www.asialyst.com le 08/02/2017