lundi 17 avril 2017

Ablyazov : dysfonctionnement au niveau européen ?

Ces derniers temps, les hommes politiques européens instrumentalisent de plus en plus le système judiciaire. Et le plus dangereux est qu’ils tentent d'utiliser activement des représentants du monde criminel.

Interpol a récemment reçu une pétition d'un certain nombre de députés européens pour une demande d'annulation de la « circulaire rouge » contre l'ancien banquier kazakh Mukhtar Ablyazov et un certain nombre de ses associés. La lettre signée Dzhuliey Uord (S&D, UK), Maria Lauristin (S&D, Estonie), Tomasz Zdehovski (PPE, République tchèque) et Tunne Kelam (PPE, Estonie) a exercé une pression via la fondation "Dialogue Ouvert" financée sur les moyens d’Ablyazov.

Cette fondation, créée en Pologne en 2009, s’est spécialisée dans la promotion de la démocratie dans trois pays post-soviétiques : Russie, Kazakhstan et Ukraine. Par une coïncidence étonnante, ces trois pays sont les plus touchés par les actions des groupes criminels d’Ablyazov et ont demandé son extradition.

L'idée de base de la fondation « Dialogue Ouvert » est d’insuffler aux parlementaires que la poursuite d’Ablyazov est politique. Il serait prétendument un adversaire politique du gouvernement actuel du Kazakhstan.

Toutefois, les autorités judiciaires de plusieurs pays (non seulement au Kazakhstan, mais aussi en Russie, en Ukraine et au Royaume-Uni) ont pu prouver certaines fraudes financières, ce qui rend les accusations d’Astana contre Ablyazov, crédibles.

De retour en 2012, la Haute Cour de Londres a reconnu Ablyazov coupable d'avoir causé des dommages à la Banque BTA. En outre, ce tribunal a déclaré qu’«Ablyazov a organisé une série de transactions frauduleuses qui ont transféré des fonds d'investissement de la banque dans plusieurs sociétés fictives dans les îles Vierges britanniques. Ablyazov est personnellement responsable du détournement de l'investissement, il est également impliqué dans la production de documents destinés à justifier « rétroactivement » les opérations engagées ». Il a également été reconnu qu'un certain nombre de sociétés par lesquelles les transactions ont été réalisées, étaient contrôlées par Ablyazov : Drey Associates Limited, Interfonds Facilities Limited, Entreprise de Conception et de Construction, AMK-Invest, Turan Alem Capital et ZRL Beteiligungs AG, etc.

Il y a cinq ans, la décision de la Haute Cour de Londres a condamné Ablyazov à la réparation des dommages à la Banque BTA à hauteur de 2,1 milliards de dollars.

Et ce n'est qu'une partie des dégâts. Sur d'autres crimes, la Cour suprême à Londres continue de mener sa propre enquête. Les tribunaux du Royaume-Uni vérifie des faits d'appropriation frauduleuse des actifs financiers par Ablyazov et son groupe criminel à hauteur de plus de 4,3 milliards de dollars. Il a également été prouvé que l'argent de la banque BTA kazakhstanaise a été retiré par un réseau transnational de plus de 1300 sociétés offshore dans plus de 10 pays à travers le monde. L'enquête au Royaume-Uni est toujours en cours.

Il y a exactement cinq ans, la publication du verdict et de la privation du statut de réfugié au Royaume-Uni, reconnaissait de facto qu’Ablyazov comme un fraudeur international de grande échelle, et non comme un opposant politique.

La France a également reconnu chez Ablyazov un profil de filou financier et a même accepté d'extrader Ablyazov vers la Russie. Le décret correspondant a été signé par le Premier ministre Manuel Valls en septembre 2015. Toutefois, la procédure d'expulsion a été annulée sur un motif de risque de persécution politique.

Mais les tribunaux de la Russie et d'autres pays ont prouvé que les dégâts infligés par Ablyazov sur les structures financières russes dépassent plusieurs milliards de dollars. Rien que pour la seule banque AMT à Moscou, Ablyazov a détourné plusieurs milliards de dollars. Par conséquent, toutes les preuves ont été apportées. Et les résultats de l'enquête menée par les tribunaux de différents pays ont été rappelés, y compris ceux du Royaume-Uni et de la France.

C’est le Kazakhstan qui a le plus souffert des actions d’Ablyazov. Le montant des dommages causés par la structure d’Ablyazov à ce pays est de plus de 7,5 milliards de $.

Au Kazakhstan, le principal procès de l'oligarque criminel et d’un certain nombre de ses anciens cadres supérieurs a débuté. L'enquête a prouvé qu’Ablyazov a détourné massivement les prêts bancaires des institutions financières internationales et les dépôts publics.

Le montant total des dommages prouvés à plusieurs pays est d'environ 12 milliards de dollars. Ces fonds sont des cotisations de retraite, des économies personnelles des citoyens du Kazakhstan, des prêts d’institutions financières et de sociétés étrangères, des comptes de dépôt, des prêts d'organismes gouvernementaux (au Kazakhstan, la Russie et l'Ukraine).

Il est donc logique que ce fraudeur de si haut niveau et d’échelle internationale ait fait l’objet d’un mandat d'arrêt international par l'intermédiaire d'Interpol.

L’Europe continue à ne pas faire confiance aux pays en développement en estimant qu’a priori, il n'y a ni démocratie et ni de droits de l'homme, ce dont profitent les escrocs qui ont fui vers l'UE. Pour diverses raisons, la politique de l'UE est de se placer du côté des criminels en les appelant des démocrates, des victimes innocentes. En même temps, elle n’aurait jamais osé blanchir un truand comme Bernard Madoff, en invoquant ses « motivations politiques ».

Interpol a été créé comme une organisation internationale qui favorise la recherche et la capture des criminels de tous les pays. Chacun des 190 pays membres d'Interpol ont le droit de diffuser une « Circulaire rouge », contenant une demande d'arrestation immédiate et d'extradition d'une personne soupçonnée d'avoir commis une infraction pénale, laquelle se trouverait sur le territoire d'un autre État membre. Interpol ne peut être accusée dans l’application des procédures. Sans confiance au système judiciaire, les pays n’auraient plus les moyens de protéger ses citoyens et de punir les criminels, en particulier ceux qui ont organisé un système de blanchiment d'argent transnational, comme Ablyazov et ses associés.

Aucun commentaire: