jeudi 10 août 2017

La kazakhe connection

Aux États-Unis, une enquête est en cours concernant Viktor Khrapunov, l'ancien ministre des situations d’urgence kazakhstanaises, ancien maire d’Almaty, la plus grande ville du Kazakhstan. Au Kazakhstan, plusieurs dizaines d’affaires criminelles ont été ouverts contre lui pour corruption. Viktor Khrapunov est même inscrit sur la liste internationale de personnes recherchée par Interpol dans le cadre d'accusations de blanchiment d'argent, de fraude, d'organisation d'un groupe criminel, d'abus de pouvoir et de corruption. À l'heure actuelle, son nom apparaît dans l’affaire d'un autre fraudeur majeur présumé, l'ancien banquier Mukhtar Ablyazov.

Comme l'ont récemment constaté les journalistes américains, Viktor Khrapunov est impliqué dans des scandales de corruption non seulement au Kazakhstan, mais aussi aux États-Unis. Récemment, le site américain de Mc Clutchy DC a publié des documents reliant V. Khrapunov et M. Ablyazov dans des affaires de blanchiment d'argent aux États-Unis.

Et, dans la mesure où cela a été compris à partir d’éléments d'enquête journalistique sur le blanchiment d'argent aux États-Unis, le duo Ablyazov-Khrapunov a potentiellement été aidé par des hommes d'affaires américains. En échange, les escrocs kazakhs présumés ont fourni des services similaires à leurs partenaires dans d'autres pays du monde.

Le duo Ablyazov-Khrapunov est connu depuis longtemps. Ilyas, fils de V. Khrapunov (également inscrit sur la liste d'Interpol) aurait aidé M. Ablyazov à sortir l'argent volé du Kazakhstan. La raison de cette amitié est simple : I. Khrapunov est marié à la fille de M. Ablyazov. Ainsi, les parents auraient établi une entreprise frauduleuse réussie de pillage du Kazakhstan (au gain de quelques dizaines de milliards de dollars américains).

Depuis un certain nombre d'années, V. Khrapunov et des membres de sa famille sont impliqués dans des procès aux États-Unis dans lesquels ils sont accusés de blanchiment d'argent. La République du Kazakhstan a porté plainte devant la juridiction américaine où se trouve l’immobilier qui a été acheté par l’argent du crime. Au printemps de cette année, la cour du neuvième district des États-Unis (Californie) a accepté de prendre en considération les revendications civiles de l'akimat (municipalité) d'Almaty et du ministère de la Justice du Kazakhstan.

Conformément à ces allégations, V. Khrapunov est accusé d'avoir violé la loi sur la lutte contre le crime organisé et la corruption, en violation de l'obligation d'agir dans l'intérêt des résidents d'Almaty, du détournement de biens immobiliers d'autrui et de complot criminel à cette fin. Dans le tribunal de district sera présentée la preuve de l'acquisition par la famille Khrapunov et de leurs sociétés de biens immobiliers et de voitures de luxe dans l'État de Californie en utilisant le produit du crime.

L'enquête récente des journalistes américains confirme les arguments du côté kazakh dans les actions criminelles de V. Khrapunov & Co ..

Ainsi, l'ex-partenaire de Donald Trump, Felix Sater, a déclaré aux journalistes qu'il a aidé la famille V. Khrapunov à investir des millions de dollars dans l'immobilier américain par le biais de diverses entreprises. Parmi les achats se trouvaient des appartements dans le "Trump Soho".

Parmi les «investissements» de V. Khrapunov, il y aurait aussi des fonds qui ont été retirés du Kazakhstan par M. Ablyazov à travers de fausses sociétés offshore (le plus souvent par des banques baltes).

Ainsi, en avril 2013, par l'entremise de sociétés offshores, contrôlées par M. Ablyazov et V. Khrapunov, ce dernier aurait acheté des appartements pour 3,1 millions de dollars.

Soit dit en passant, la même année, F. Sater et la famille des Khrapunov se seraient querellés en raison de la division des bénéfices d’une transaction de 43 millions de dollars américains pour de  l'immobilier dans l'Ohio.

Un autre fait intéressant de la connexion de V. Khrapunov avec les États-Unis est que la famille Khrapunov aurait investi à court terme des millions dans une entreprise qui a essayé d'installer des machines biométriques dans les aéroports de tout le pays. Le but d'une telle action aurait été d'obtenir un permis de séjour aux États-Unis pour au moins un membre de leur famille.

Alors que V. Khrapunov et sa famille sont en procès aux États-Unis, ils vivent en Suisse. La neutralité de ce pays garantit la sécurité des Khrapunov. La conjointe du fonctionnaire Kazakhstanais qui s’est enfui, Leila rapporte dans les réseaux sociaux, que Khrapunov monte à vélo et écrit des mémoires. En général, il mène la vie parfaitement décente d'un retraité. Et, comme le dit Leyla, l'ancien maire d'Almaty est généralement un homme pauvre, et vit grâce à l’argent de sa femme, (Car étant un fonctionnaire, Khrapunov a effectué toutes les transactions à travers les structures commerciales de son épouse et de son fils). Au fait, les Khrapunov sont parmi les habitants les plus riches de Suisse.

Pendant ce temps, l'Ukraine a exigé que la Suisse extrade le fils de Viktor, Ilyas Khrapunov, pour avoir organisé une attaque contre un cabinet d'avocats représentant la BTA Bank dans ce pays. La "BTA Bank Kazakhstan", ainsi que des banques ayant des noms similaires dans d'autres pays, appartenaient auparavant à M. Ablyazov. Le montant des dommages causés par les systèmes frauduleux présumés de cet oligarque criminel à une banque kazakhe est à lui seul estimé à plus de 7,5 milliards de dollars américains.

Plus tôt, la Haute Cour d'Angleterre avait interdit l'utilisation d'actifs de I. Khrapunov. En fait, le tribunal a soutenu les charges de la BTA Bank, déposées contre I. Khrapunov, où il est accusé d’avoir aidé M. Ablyazov. Et il l'a reconnu dans le cadre d'une conspiration avec un ex-banquier.

En Suisse, l'histoire de la famille Khrapunov est étudiée soigneusement, car il s'avère qu’à Genève, ils se sont positionnés comme les représentants de la République centrafricaine à l'Organisation des Nations Unies. Selon une enquête journalistique, "les conjoints ont été nommés par l'ancien souverain de ce pays, François Bozizé, avant qu'il ne soit déposé". Ils auraient encore les passeports de ce pays. Mais leur fils I. Khrapunov et sa femme ont la nationalité des îles Saint-Vincent et Grenadines, après l'achat de terrains sur le territoire de la nation insulaire de la mer des Caraïbes.

La famille d'un autre fonctionnaire kazakh en fuite qui aurait volé beaucoup de nombreux milliards de dollars de son pays est maintenant dans une position très fragile. Les liens de V. Khrapunov et sa famille avec le banquier fugitif Ablyazov, contre lequel des poursuites pénales ont été engagées dans trois pays, et qui est visé par une enquête sur ses machinations menées dans la moitié de l'Europe et aux Etats-Unis, risquent non seulement la suspension de tous ses comptes, «  pauvres » ex Kazakhstanais, mais aussi la perspective de les expulser vers leur patrie d’origine. Et, en dépit du fait que jusqu'à présent, Victor et Elias ont réussi à repousser les attaques juridiques, les résultats d'investigations de journalistes et le consentement des anciens partenaires d'affaires aux États-Unis pour dénoncer Khrapunov de toutes ses escroqueries menacent les anciens responsables kazakhs de gros problèmes à l'échelle internationale.

Aucun commentaire: