lundi 18 septembre 2017

L'entourage de l'oligarchie kazakhstanaise

Tout dissident attire toujours des amis et des compagnons, surtout s'il s’échappe de son pays non pour des raisons idéologiques, mais pour «pressions politiques». Étant donné que pendant le dernier quart de siècle la pratique a montré que ceux qui abandonnent leurs pays, le plus souvent, sont des personnes qui doivent purger une peine de prison considérable dans leur patrie pour corruption et d’autres crimes également rentables.

Le plus intéressant dans cette pratique dissidente est l'amour pour changer d'orientation politique selon les circonstances. La plupart de ceux qui sont maintenant installés quelque part au fond de l’Europe, il y a quelques années, ne pouvaient même pas penser qu'ils deviendraient des défenseurs zélés des droits de l'homme et de la légalité. Surtout quand ces droits et lois ont été fortement violés, en travaillant pour gagner « leur pain » dans leur pays natal.

Cependant, ce n'est pas pour rien que l’on dit que c’est la cour qui fait le roi. Elle reflète le mieux l'essence de son bienfaiteur. Et, parfois, en regardant les amis et les associés, on peut déterminer le personnage et pas seulement le «plus important».

Prenons par exemple, Mukhtar Ablyazov, un banquier kazakh en fuite, qui a été accusé de voler 7.5 milliards de dollars de la BTA Bank dans trois pays et de blanchiments d'argent dans quatre pays grâce à ses compagnons hauts en couleur qui se sont regroupés.

Le plus brillant est un journaliste du nom d’Igor Vinyavsky (M. Ablyazov a parrainé des médias d'opposition pendant de nombreuses années au Kazakhstan). Ecrivant dans la tribune du journal, où il était rédacteur, il a marqué le pouvoir du Kazakhstan. Et pendant ses heures de repos, il aurait tourné du cinéma porno avec son épouse. Et dans quel film ? Lui, démocrate et défenseur des droits de l'homme, sous la forme d'un marine américain, violant une femme musulmane dans un hijab. Dans le rôle de la musulmane, c’était une amoureuse des rencontres échangistes, Lana l’épouse de Vinyavsky. En fait, elle aurait presque réussi à partager sa loge avec presque tous les «collègues en démocratie» d'Ablyazov. Et elle est fière quand elle parle d’elle-même.

Par exemple, sur la façon dont elle aurait couché avec le chef de la Fondation publique «Activité civique» Muratbek Ketebaev. Et il l’aurait payé généreusement pour ses services avec l'argent provenant de M.Ablyazov pour financer une société d'information contre le Kazakhstan.

M. Ketebaev est généralement un homme drôle. Pendant sa «jeunesse dorée» (il est né dans la famille du ministre de l'industrie de la RSS du Kazakhstan), au moment de l'indépendance du Kazakhstan, il était en dehors des affaires politiques. Et la seule chose où il a pu se montrer est l'opposition. Et bien payé en plus. De plus, M. Ketebaev s'est avéré être un pyromane né, quand il a mis le feu au bureau appartenant à M. Ablyazov dans le journal "Respublika". Il en a cependant accusé les autorités kazakhes.

Mais surtout,  M. Ketebaev a réussi à faire des provocations avec des victimes humaines, car il est l'un des principaux agitateurs pour «tuer» lors des événements tragiques de la ville kazakhe de Janaozen, où ont été tués plus de 100 civils.

Parmi les partisans de M. Ablyazov, bien sûr, se trouvent des proches.

Les plus célèbres sont la famille d'un autre dissident, recherché dans son pays pour corruption, l’ancien maire d'Almaty Viktor Khrapunov. V. Khrapunov et sa famille vivent en Suisse. L’Ukraine demande l'extradition d'Ilyas Khrapunov, le fils de Viktor, pour l'organisation alléguée d'un piratage de la base de données d'un cabinet d'avocats représentant les intérêts de BTA Bank, laquelle appartenait auparavant à M. Ablyazov et avec laquelle ses problèmes juridiques sont liés. La Grande-Bretagne, relie l'affaire d"Ablyazov" aux activités de I.Khrapunov, et a interdit à Khrapunov d'utiliser ses biens enregistrés dans le royaume.

V. Khrapunov lui-même a fait l’objet d’une enquête par la justice américaine, qui enquête sur l’affaire de blanchiment d'argent volé par M. Ablyazov au Kazakhstan, par le biais de sociétés offshores ouvertes aux États-Unis par V. Khrapunov, permettant d’acheter activement des biens immobiliers.

En passant, I. Khrapunov et sa femme Madina (la fille de M. Ablyazov) "auraient reçu des postes diplomatiques inhabituels en tant que représentants de la République centrafricaine à Genève", tout comme la femme de M. Ablyazov.

Mais son autre parent, Syrym Shalabayev, frère de la femme de M. Ablyazov, a fui vers la Lituanie pendant son procès à Londres.

Mais le plus intéressant commence plus tard. Les autorités de la Lituanie l'ont arrêté à la demande d'Interpol (il a été accusé du fait qu’avec M. Ablyazov et d'autres, il a détourné des actifs d'une valeur de plusieurs milliards de dollars au Kazakhstan, en Ukraine et en Russie), puis il a été libéré et il lui a même été accordé l'asile politique pour raison persécution. Tout comme M. Ketebaev en Espagne.

Mais pour S. Shalabaev ils n'y avaient pas de plainte, et cela malgré le fait que quatre pays (le Kazakhstan, la Russie, l'Ukraine et le Royaume-Uni) le recherchent pour le juger. Dans ce dernier cas, il a été condamné par la Haute Cour de Londres à 18 mois d'emprisonnement pour outrage au tribunal.

Mais tout de même, les mêmes collègues de M. Ablyazov préfèrent la Pologne. Ici vivent également le fan des video porno Igor Vinyavsky avec son épouse aujourd'hui connue dans tous les intérieurs du nord de l'Europe, et M. Ketebaev (à qui la Pologne a accordé l’asile politique).

Et tout cela parce qu’à Varsovie, est basée la fondation spécialisée dans la protection de M. Ablyazov contre les "accusations injustes". Et en même temps, avec toutes ses forces, il veut faire basculer le bateau de la stabilité politique dans tous les pays post-soviétiques, où M. Ablyazov travaillait et où il a fait sortir l'argent qu’il a volé.

Et ce fonds est géré par l'Ukrainienne Lyudmila Kozlovskaya. Une jeune femme, apparemment qui a un psychisme très déséquilibré et comme beaucoup d'associés de M. Ablyazov, un amour étrange pour la cruauté démonstrative. En 2004, elle a participé activement à la révolution Orange en Ukraine et fut leader de la campagne à l'appui du retrait de la flotte russe de la mer Noire de Sébastopol.

Lorsque le personnage public bien connu au Kazakhstan, V. Kozlov a été condamné pour avoir pris l’argent de M. Ablyazov pour organiser des rassemblements qui se sont transformés en affrontements avec la police à Janaozen du Kazakhstan, son client s'est simplement détourné de lui. Lorsque V.Kozlov fut condamné, ni lui ni sa famille n'ont reçu d’aide. Comme d'autres anciens amis, qui ne sont plus nécessaires aujourd'hui. Comme, par exemple, Aidos Sadykov, reconnu par les médecins comme un "fou", mais payé par M. Ablyazov comme «défenseur de la démocratie».

Le roi a sa suite. La suite de Mukhtar Ablyazov est très spécifique. Parmi elle, il n'y a pas de gens qui sont devenus célèbres pour leur honnêteté et leur incorruptibilité. Mais beaucoup de schizophrènes, de pervers sexuels, de personnes corrompues qui gagnent juste sur le thème à la mode du jeu de la démocratie.

Il est dommage que les politiciens européens soient heureux de tout gober,  sans penser à ce que sont  réellement ces « amoureux de la lutte avec le régime ».

Aucun commentaire: